De la Lune, de Kubrick et des miroirs

Article mis en ligne le 23 juin 2015

logo imprimer

On sait que Jacques Grimault, l’auteur du film La Révélation des Pyramides, répugne à attribuer aux Egyptiens la construction des pyramides, préférant parler de « Bâtisseurs », sans qu’on sache ce que recouvre cette expression. Il laisse de temps en temps échapper quelques informations sur ces Bâtisseurs, comme par exemple lors d’un échange de questions/réponses sur un chat :

Résumons : il y a beaucoup de « races de Bâtisseurs », ils ont effacé toute trace de leur passage [1] mais continuent d’influencer notre société... Jacques Grimault maintient volontairement le flou sur l’origine de ces Bâtisseurs, terrestre ou extraterrestre ; mais qu’il s’agisse d’aliens venus rendre visite à la Terre, ou d’une civilisation ancienne supérieure ayant quitté la Terre, il envisage clairement leur présence, aujourd’hui, dans le système solaire. C’est en tout cas ce qui ressort d’une conférence qu’il a donné à Rouen le 16 mai de cette année dans le cadre d’un « dîner OVNI », conférence intitulée « Les Ovni dans le Système solaire : observations et conclusions » et visible sur YouTube.

Disons-le tout de suite, cette conférence est loin d’être passionnante : décousue, avec un conférencier qui se contente les trois quarts du temps de lire ses diapos, en les entrecoupant de lourdes blagues sur les immigrés et les Africains... Deux thèses principales sont présentées, l’une qui affirme l’omniprésence des OVNI dans le système solaire (atmosphère terrestre, Lune, Mars, Jupiter etc.), l’autre qui conteste la réalité des expéditions lunaires en dénonçant les « trucages » de la NASA, sans que le lien entre ces deux thèses soit jamais explicité. Mais je ne regrette pas d’avoir jeté un coup d’oeil à cette vidéo, tant elle fourmille de « perles », un vrai bêtisier !

En ce qui concerne les « preuves » d’occupation du système solaire, elles consistent en une accumulation de témoignages indirects et surtout de vieilles photos, pour la plupart débunkées depuis longtemps. Un exemple : à 38’ 56" M. Grimault nous montre ceci :

Cette image a été présentée au public par Richard Hoagland [2], qui l’annonce sur son site enterprisemission.com comme un cliché pris par la sonde soviétique Zond 3 en 1965 :

On la retrouve sur de nombreux sites ufologiques, présentée comme la « Tour de Babel » de la face cachée de la Lune :

Problème : seule la reproduction du cliché par Hoagland, reprise d’un livre de 1987 (Solar system log de Andrew Wilson), recopiée ensuite par tous les autres sites, présente cette « anomalie » en forme de tour ; aucune des images originales de Zond 3, que l’on prenne les images traitées, ou les images brutes, ne montre de « tour de Babel », tour qu’on peut donc raisonnablement attribuer à un défaut de la reproduction... Cela signifie que M. Grimault n’a pas pris la peine d’essayer de retrouver les originaux, pas plus que les ufologues sur le site desquels il reprend ses images... C’est pourtant le même qui, au début du nouveau film de Patrice Pooyard Gizeh 2005, affirme : « Je n’avance rien que je n’aie vérifié moi-même » ! A moins que Jacques Grimault n’ait pu avoir accès à un cliché super secret soigneusement dissimulé à tous depuis 50 ans par les Soviétiques puis les Russes ?

M. Grimault s’extasie aussi beaucoup sur certaines « anomalies » présentes sur la Lune, qui n’auraient rien de naturel. Ainsi, vers 44’ 20", il nous offre des photos « d’impacts de projectiles issus d’armes géantes » (avec quand même un point d’interrogation...) :

« Ce sont des machines de tueurs professionnels » (44’ 50")... Ah oui ? Quelques secondes plus tard, il demande à propos de ces « traces de balles » : « Pourquoi ne sont-elles pas étudiées ? » en montrant au même moment ceci :

S’il avait pris la peine de se renseigner, il aurait pu voir que des chaînes de cratères comme celle-ci, Catena Davy, sont suffisamment courantes sur la Lune pour avoir reçu le nom de Catenae [3] ; et que loin de les ignorer, les scientifiques s’y intéressent de près, en particulier depuis 1994 et la chute de la comète Shoemaker-Levy 9 sur Jupiter : elles sont en effet le résultat de la collision avec une comète qui s’est fragmentée peu de temps avant le contact avec le sol lunaire, de la même façon que Shoemaker-Levy 9 s’est fragmentée avant de déclencher sur Jupiter le feu d’artifice que l’on sait.

Je passerai sur le reste des « preuves » apportées par Jacques Grimault, toutes sont à peu près de la même eau. On a ensuite droit à toutes les « vieilles lunes » du Moon Hoax : drapeau qui flotte, empreintes de pas « bizarres », poussière ou absence de poussière, allusions à Stanley Kubrick [4] (que M. Grimault appelle lourdement et systématiquement Stanley « Lubrique »...), ombres « anormales » qui prouvent « qu’il y a deux éclairages différents » (55’ 50") :

Quelqu’un pour expliquer à M. Grimault que deux éclairages différents donnent forcément des ombres doubles ?

Source

Et que la taille d’une ombre ne dépend pas seulement de la hauteur de la source lumineuse, mais aussi du relief et de la pente sur laquelle cette ombre s’étend ?

Source

Un peu plus loin, à 51’ 33", il nous présente une série de photos qui seraient la preuve d’un trucage, la NASA ayant incrusté sur fond noir des photos prises en réalité sur la Terre, ce qui expliquerait pourquoi on ne voit pas d’étoiles sur les photos « qui nous sont présentées comme des photos lunaires » :

Ce que M. Grimault ne dit pas, c’est que si les photos d’entraînement sur la Terre sont réelles :

Source

les photos sur fond noir dont il nous dit qu’elles sont « présentées comme des photos lunaires » viennent de ce site :

Comme on le voit, même si l’auteur du site artivision est lui aussi un tenant du canular lunaire, il ne prétend pas que ces photos sont réelles et annonce ouvertement avoir lui-même procédé à l’incrustation sur fond noir.

On le voit, les « preuves » avancées par M. Grimault laissent beaucoup à désirer ; c’est à se demander si on a affaire à un grand naïf, ou bien s’il use et abuse d’un public crédule et conquis d’avance. On va encore plus loin dans le ridicule aux alentours de 48’ 40", lorsque le conférencier annonce qu’il existe trois films qui prouveraient le hoax lunaire, dont l’un « où on voit le pseudo-Armstrong qui descend du truc et il se prend une barre d’éclairage sur la figure ». Ce film existe réellement, on peut le voir sur YouTube, où les autorités américaines n’ont visiblement réussi à le faire supprimer :

L’adresse incrustée dans le film renvoie à un site qui n’existe plus, www.moontruth.com. Heureusement, l’archive du web a conservé la trace de ce site ; sur la page d’index on a une série de questions/réponses :

à lire très attentivement : pas une seule réponse n’est un mensonge, mais aucune ne veut dire ce que le visiteur naïf croit qu’elle veut dire... Si on suit le lien en bas de page click here to discover that the above is all bullshit, on arrive sur la page full story :

où l’on apprend qu’il s’agit en fait d’une vidéo virale, conçue et réalisée par l’agence de publicité The Viral Factory... Les liens en bas de page permettent d’avoir toutes les explications sur qui, comment, pourquoi... [5]

Bref, on ne peut pas dire que M. Grimault soit bien difficile sur la qualité de ses arguments pour défendre la thèse du canular lunaire... Une dernière « perle » révèle, elle, un manque de compréhension pour le moins abyssal de ce qu’est un miroir. Il s’agit de la célèbre photo de Buzz Aldrin prise par Armstrong ; Armstrong était équipé d’un appareil photo fixé sur son scaphandre, et on voit son reflet dans la visière du casque d’Aldrin :

A 46’ 30", M. Grimault présente un gros plan sur ce casque, et pose la question « Combien étaient-ils sur la Lune » :

pour y répondre aussitôt :

Je cite : « Alors vous avez 1° le personnage photographié ; 2° le photographe dont on voit l’ombre au milieu ; et c’est quoi le type, là ? Parce qu’ils n’ont jamais été plus de deux sur la Lune, hein ! »...

Vous avez bien lu : M. Grimault prend l’ombre d’Aldrin, le photographié, pour celle d’Armstrong, le photographe ! D’où l’on peut déduire qu’il n’a pas compris grand chose à ce qu’est un miroir... Voici donc pour lui un petit cours de rattrapage :

Bon, l’erreur est humaine, on peut ne pas en vouloir à M. Grimault de confondre miroir et fenêtre ! Mais là où l’affaire devient vraiment très drôle, c’est lorsque son orgueil, commensurable à la pyramide de Khéops, l’empêche de reconnaître cette erreur ; celle-ci lui a en effet été signalée très vite, y compris par des « fans », par exemple dans le forum dédié au film. Par rapport aux autres erreurs, approximations, voire mensonges délibérés, dont j’ai donné quelques exemples plus haut, cette erreur-là est presque attendrissante (j’ai testé sur un enfant de six ans, il voit lui aussi 3 personnages sur la photo...) et on la lui aurait volontiers pardonnée. Mais la réponse, transmise par un de ses sous-fifres sur la page Facebook de l’auteur (ici et ), est bien du pur Grimault :

réponse circonstanciée que voici :

Et c’est cet homme, incapable de voir ce qui saute aux yeux de tous, et surtout incapable de reconnaître une erreur et de répondre sans éructer et insulter, qui prétend nous « révéler » « le Bon, le Vrai, le Juste et le Beau » ?


Mise à jour du 24 juin

Dans une discussion sur Facebook, un des fans de Jacques Grimault s’offusque de la reconstitution ci-dessus utilisant une cuiller et une flèche de scotch noir plutôt qu’une ombre réelle, comme si cela pouvait changer quelque chose :

Qu’à cela ne tienne, des participants à la discussion lui ont aussitôt offert d’autres reconstitutions, sans pour autant convaincre le disciple de Maitre Grimault :

Offert par Marc Peltzer
Offert par Christophe Eulbrother

A voir aussi le document créé par Paul Cultrera, webmaster du site De la Terre à la Lune consacré au programme Apollo : http://www.noelshack.com/2015-26-1435146592-explication-bis.png

Notes :

[1Pratique pour justifier l’absence de toute trace archéologique !

[2Richard Hoagland, dont les prétentions scientifiques sont assez douteuses, est le principal promoteur du fameux « visage de Mars » ; on peut donc lui reconnaître une certaine propension à la paréidolie...

[3Voir par exemple ici un catalogue des formes de relief courantes sur la Lune.

[4Sur la soi-disant implication de Stanley Kubrick dans le Moon hoax, voir cet article sur le film Opération Lune, ainsi que cette interview du réalisateur William Karel.

[5M. Grimault prétend aussi avoir disposé d’une quatrième vidéo qui montrerait « un type qui passe avec un arrosoir », « en train d’arroser le sol lunaire » ; pas de chance, cette vidéo lui a été volée lors d’un cambriolage...

P.S. :

Merci à Christophe Eulbrother pour la transformation de Buzz Aldrin en cuiller !


Forum
Répondre à cet article
De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Cultrera Paul - le 23 juin 2015

Bonjour Irna, Cultrera Paul alias Apolloman tous forums confondus et accessoirement journaliste collaborateur pour une revue dédiée au spatial (bien entendu ceci est une réaction personnelle donc je ne parle en aucun cas au nom de ma rédaction).

J’avais laisser un commentaire sur la vidéo de Mr Grimault, mais je ne sais pas ci celui-ci est rester visible, je me permet donc de le reproduire ici : (tu en as expliqué certains points dans ton billet)

A 51 05

JG : "Qui c’est le mec qui tiens l’appareil photo ??"

La DAC, caméra automatique (c’est le mot magique) de Maurer 16 mm fixé sur le montant du hublot du LM et qui filma toute l’EVA à la cadence de 1 image/seconde, elle fut déclenchée à la sortie d’Armstrong par Aldrin.
Car ceci n’est pas en réalité une photo, c’est une simple capture d’image faite une fois le film récupéré !

SOMBRE CRÉTIN...

Quant aux ombres de différentes longueurs, Oh My God rien de bien sorcier là dedans

Déjà 2 éclairages différents (même si ils sont dans le même axe) impliquent obligatoirement 2 ombres pour chaque objet
http://www.siamoandatisullaluna.com/images/stories/Debunking/dbk/HR/Analisi23_H.png
Voir plus s’il y a plus de projecteurs...

Ensuite concernant les longueur différentes des ombres, cela vient du fait que le sol lunaire N’EST PAS ABSOLUMENT plat.

Effectivement, une grande partie du site d’atterrissage d’Apollo 11 était essentiellement plat, mais il y avait des ondulations locales à sa surface (Relief du sol où se succèdent de petites hauteurs et de faibles dépressions : Ondulation du terrain).

Puisque nous regardons une image en deux dimensions, nous ne pouvons pas voir la pente réelle du terrain, mais nous pouvons la déduire à partir des ombres. Il apparait que le terrain derrière l’astronaute se trouvant à gauche est en pente ascendante soit à la partie supérieure gauche, ou à partir d’en bas à droite (vers là où les 2 ombres se rejoignent), ou une combinaison des deux.
Voir cette photo et cette carte pour mieux s’en rendre compte...
http://airandspace.si.edu/webimages/highres/GPN-2001-000012h.jpg
http://www.hq.nasa.gov/alsj/a11/a11prsci3-15.gif

En couleur :
http://cdn.theatlantic.com/static/mt/assets/science/a11traverse.jpg

Rappelez-vous, les ombres projetées sur une pente descendante sont allongés (astronaute de droite se trouvant un poil plus haut que celui de gauche), tandis que celles portées sur une pente ascendante sont plus courtes (l’astronaute de gauche se trouvant même presque au fond de la dépression). Il semble qu’un changement dans la pente du terrain est la seule explication possible et logique en ce qui concerne les ombres.
http://www.parc-landes-de-gascogne.fr/files/pnr_landes/missions/Paysages/Boite-a-outils-paysage/Les-outils-de-representations-du-paysage.pdf

Pas besoin d’être un super génie pour déduire cela...

Dois je vous parlez aussi de votre déclaration sur les écrits de White concernant Chaffee...??

Tiens une nouveauté : Chaffee aurait voler avec White ??? (minutage 34 min)

Rectification : Chaffee AURAIT DU FAIRE SON TOUT PREMIER VOL AVEC WHITE ET GRISSOM LORS DU VOL APOLLO 1, mais ce ne fut pas la cas, car ils sont mort dans l’incendie de la capsule lors d’un essai au sol.

Chaffee n’a jamais volé dans l’espace !

A 51:01 ... "Le LEM Columbia portant..." Outre L’acronyme LEM remplacé en 1968 par LM parce que les dirigeants de la NASA considéraient que le terme Excursion traduisait mal la portée du projet lunaire, celui-ci ne s’appelait pas Columbia mais Eagle, Columbia étant le nom du CSM restait en orbite.

Que ce personnage apparenté à un bouffon coiffé de ses grelots reste avec son tas de cailloux au milieu du désert...!!

Je l’entends de pied ferme car comme lui, moi aussi je peux me targuer/vanter de 30 ans de recherche et d’accumulation d’informations. Mais à la différence (outre que les siennes se soient fait en autre dérobées... Comme c’est pratique !!), le tout étant basé exclusivement sur le programme Apollo.


Nous verrons bien qui passe pour un zozo, un troll ou je ne sais quoi d’autre...

En aura t’il le courage, ou bien...???

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Irna - le 23 juin 2015

Merci Paul pour toutes ces précisions ; n’hésitez pas à compléter si vous trouvez d’autres erreurs de Jacques Grimault ; je n’en ai relevé que quelques exemples, mais je pense qu’il y en a bien d’autres :)

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Cultrera Paul - le 24 juin 2015

Une toute petite dernière pour la nuit...

A 52:55, quand il se pose la question "Qu’est ce que c’est ce bazar" ou il suppose que cela ressemble à un crash un petit peu raté en faisant la comparaison avec l’accident d’hélicoptère de Balavoine... Ou le "truc" (à court d’arguments ??) n’a pas vu la dune et se l’ai payé d’où le petit dégât...

La trace qu’il nous montre est tout simplement ce que l’on appelle en géologie ou en astrogéologie, l’éjecta. J’utilise ici le terme d’éjecta pour désigner la couronne de matière projetée autour d’un cratère à la suite de la collision d’une météorite à la surface d’un corps céleste.
Sur le format TIFF (48,4 Mo) de la photo (Cratère Lobachevsky), on voit bien cette couronne autour du dit cratère
https://archive.org/details/as16-121-19407

Pour rentrer un plus dans le détail tout en essayant de rester intelligible : C’est une couverture d’éjecta asymétrique du à un impact très oblique. Lorsqu’un objet (je parle d’astéroïde bien sûr) frappe avec un angle oblique, des modèles très intéressants se forment dans l’éjecta. Matériaux de diverses compositions, de masses et par conséquent de différentes couleurs, sont déposés préférentiellement dans le sens de l’impact !

Pourquoi donc chercher midi à quatorze heures ??

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Irna - le 24 juin 2015

Pourquoi donc chercher midi à quatorze heures ??

Parce que parler d’un ejecta ça ne fait pas autant vendre de livres et de films qu’un objet extraterrestre mystérieux qui prouve que les Bâtisseurs des Pyramides nous surveillent depuis la Lune ? :D

Ne pas oublier aussi que c’est une conférence donnée à un public convaincu d’avance ("dîner Ovni" !) et qu’il faut que ce public en ait pour son argent...

Un gland ça réfléchit décidément beaucoup
’Tsuki - le 24 juin 2015

Bien vu(es), tes publications d’illusions optiques sur ton mur FB, pour introduire le sujet... ^^

Ta démonstration sur le reflet du casque du cosmonaute est décidément affûtée. J’aime beaucoup, je me suis marrée tout le long.

Heureusement que j’ai arrêté d’essayer d’écouter les conférences de Grimault : c’est vraiment à se taper la tête contre les murs tellement c’est d’une stupidité effroyable et d’un racisme conscient intolérable. Le surréalisme chez lui, ce n’est pas de l’art, c’est même pas de la science infusée sans thé.

La Révélation des Pyramides, c’est toi, girl.
You go, woman, achieve him !!!!

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
fromageblanc - le 24 juin 2015

Merci Irna pour cet article,
j’avais vu la vidéo de la conférence moi aussi, et sans rentrer autant dans le détail, j’avais regardé plus précisément la photo "Combien étaient-ils sur la lune", j’étais tombé de ma chaise devant une telle bêtise !
Je trouve que tu mets parfaitement les points sur les "i" en renvoyant Grimault à ses prétentions d’exactitude et de sérieux.

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Abacus - le 24 juin 2015

Magnifique travail, Irna !
Les lecteurs désireux d’en savoir plus sur les "bâtisseurs" devraient bien sûr lire cet article ...

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Cultrera Paul - le 30 juin 2015

Coucou Irma...

Une petite pépite pour la forme...

Revenons à Mr Grimault et a ses divulgations ?!? Non le terme exact est : divagations !
La séquence démarre à 55:24, avec la présentation du rocher marqué d’un "C" sur une photo prise lors d’Apollo 16.

Voici l’explication alambiquée de Mr Grimault, je le cite :

"La lettre C sur un caillou, ben voyons, ca veut dire quoi ? Non j’ose pas le dire... (NB : Si, si osez mais osez donc !!)
Je m’adresse aux américains probablement"

[intermède d’un convive]

"Voilà c’est... Exactement, JC !!
Vous notez que les mecs, ils photographient à peu près n’importe quoi, là c’est une trace de semelle donc : ils arrivent, CLIC, ils photographient, ils ne voient pas qu’il y a la lettre "C" devant eux , ils sont bizarres ces américains !"

[intervention d’un second convive, sur le prétendu effacement de cette sois disant lettre "C"]

"Oui, oui... Ah bien sur, bien sur, je l’ai... Je l’ai dit tout à l’heure, préventivement qu’à partir de 1959 les ordres tombent ; ne jamais rien montrer qui dépasse de la culotte " (NB : finalement il a osé)


> Que dire devant cette analyse méticuleuse ??

Ah oui... GNÉÉÉÉÉÉÉ !!!

Le moment d’étonnement passé... Revenons tout d’abord sur son affirmation

"Vous notez que les mecs, ils photographient à peu près n’importe quoi, là c’est une trace de semelle donc : ils arrivent, CLIC, ils photographient, ils ne voient pas qu’il y a la lettre "C" devant eux"

Ah bon, première nouvelle : il est vrai que la photo présentée par JG ne représente qu’un simple cailloux marqué... Est ce une méthode couramment utilisée pour marquer un accessoire particulier dans le monde du cinéma ??? (c’est ce que vous sous entendez)

C’est pas beau de mentir (ou de détourner les faits) Mr G à votre convenance !
Premièrement, la photo présentée telle que, est en réalité (un mot qui à l’air de vous échapper) un simple gros plan de celle-ci

http://spaceflight.nasa.gov/gallery/images/apollo/apollo16/hires/as16-107-17446.jpg

John Young, commandant du bord d’Apollo 16, photographie la scène avec le gnomon qui est utilisé comme référence photographique afin d’établir l’angle vertical local du soleil, l’échelle et la couleur du sol lunaire.

Voilà pour la mise en place...

Le "C" qui vous fait tant glousser...

Saviez vous qu’en 2001, des chercheurs ont décidé de commander des diapositives à partir de trois sources différentes : le National Space Sciences Data Center, le Lunar & Planetary Institute (LPI), et le Johnson Space Center. Les trois diapositives ne montraient pas un tel marquage.
Bon, d’accord, mais elles étaient de sources NASA et ils dissimulent surement leur erreur, non ?

Les chercheurs ont donc décidé de donné un coup d’œil de plus près à l’image et à ce fameux « C ». cette roche particulière était visible dans deux images consécutives : AS16-107-17445 et AS16-107-17446. Le "C" n’était pas visible dans la diapositive soit, mais il est apparu sur les versions imprimée et électroniques de AS16-107-17446. Ils ont décidé d’examiner le « C » dans les versions électroniques de AS16-107-17446 et voici ce qu’ils ont trouvé :

http://www.conspiracy-theories-hoax.com/images/hairc.jpg

Le fameux "C" n’est rien d’autre qu’une saleté, un scille, une fibre !!! Et pourquoi j’avance cela : parce que outre l’agrandissement ci dessus, le magazine "Aviation Week and Space Technology" qui avait cette même photo en couverture de son édition datée du 8 mai 1972, soit moins de 2 semaines après le retour des astronautes, (photo issue des toutes premières copies d’époque) ne montre aucunement ce fameux "C" ou ces fameux "C" selon les versions !

PS :
A 55:16, je vous cite : là c’est un autre qui s’est crashé, peut être aussi mais enfin bon...

Mr Grimault, dois je vous demander pourquoi vous remettez la même photo du cratère Lobachevsky en version plan large au lieu de la version zoomé donnée en 52:55
Pour donner plus d’aplomb à l’affirmation qu’il y a beaucoup de crash d’OVNIS sur la Lune ???
https://archive.org/details/as16-121-19407

Et oui Jacquot, 32 ans de recherches et de suivi pour moi...

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Cultrera Paul - le 30 juin 2015

Ah oui j’ai oublier lors de mon précédent message une image du fameux magazine Aviation Week & Space Technology Vol.96 N°19 First Apollo 16 Photos (désoler Irna)

http://i18.servimg.com/u/f18/11/60/98/36/awap1610.jpg

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
phaser59 - le 2 juillet 2015

Je suis d’accord avec vos remarques sur les miroirs. J.Grimault se trompe ici. Je ne suis par sur qu’il ait passé beaucoup de temps a étudier le sujet. Mais il ne peut pas être spécialiste de tout et a le droit de se tromper !
Concernant le fait qu’il n’y ait pas d’étoiles sur les vidéos, j’ai déjà essayé de filmer le ciel nocturne il y a qq années et je n’avais jamais réussi à avoir d’étoiles. Or ici ce n’est même pas la nuit que ces images sont tournées mais bien le jour. On croit que c’est la nuit car le ciel est noir (pas d’atmosphère) mais c’est bien le jour sur la Lune ! Je ne suis pas convaincu qu’on puisse voir des étoiles.
Dommage que vous n’ayez pas parlé du drapeau :
http://www.dailymotion.com/video/x6l5a9_mythbusters-moon-hoax-drapeau-flott_tech?start=173
Au sujet de la balle de golf qu’il mentionne, cela n’est pas étonnant car les américains ont effectivement joué au golf lors d’une des missions. Les images existent.
https://www.youtube.com/watch?v=NTnoyaffOkQ
Pour ma part je pense toujours que les américains sont allés sur la Lune. Je suis néanmoins prêt à changer d’avis si on m’en apporte une vraie preuve.
Pour l’instant je n’ai pas été convaincu par les éléments qu’on m’a montré.
Concernant les ombres, la encore vos explications sont les plus vraisemblables.
2 sources de lumière donnent en effet 2 ombres. (ou éventuellement une zone de pénombre, ce qui n’est pas le cas ici). Il n’y a qu’une seule source pour moi. La différence de longueur étant probablement liée au relief. On ne voit pas ce relief qui est écrasé avec la vue de dessus.

J. Grimault sort ici de grosses bêtises montrant qu’il n’a pas beaucoup de bases en optique géométrique mais il ne peut pas être spécialiste de tout !
Et d’ailleurs en quoi cela remettrait-il en cause la qualité de ses films ?
Franchement LRDP est super !!
Il y a quelques erreurs et approximations mais le résultat est tout de même magnifique et les problèmes posés restent entiers.
Essayez comme moi d’être objectif !
Lorsque Grimault se trompe il faut le dire, comme vous l’avez fait ici avec des arguments très rationnels, des démonstrations, des expérimentations.
Mais je crois que sur certains sujets c’est lui qui a raison !
Notamment sur les pierres moulées, pour l’instant c’est pour moi l’hypothèse la plus vraisemblable. Là par contre je constate que vous n’avez pas d’arguments et que vous n’avez aucune expérimentation à proposer permettant d’obtenir un résultat équivalent à la qualité d’assemblage que l’on rencontre sur les sites des bâtisseurs. La technique des pierres moulées permet d’expliquer cette précision. Pour l’instant c’est donc l’hypothèse que je retiens. Maintenant si on me montre que ce n’est pas correct je suis prêt à changer d’avis.
J.Grimault ne demande pas qu’on le croit mais juste qu’on étudie ce qu’il dit...ce que je fais. Maintenant c’est sur que c’est plus facile avec des études scientifiques en poche et de bonnes connaissances dans le domaine du bâtiment. L’autre truc, c’est qu’il faut être capable de remettre en cause totalement ce qu’on a appris. Or peu de gens en sont capables. Ca demande de pouvoir penser de manière indépendante. Or cela ne s’apprend pas. Rien à voir avec le niveau d’éducation. Il s’agit pour moi d’une caractéristique intrinsèque à l’individu. Je rejoins ici les travaux sur les types de personalités de David Keirsey, professeur émérite de psychologie à l’université de Californie. Je vous conseille de lire le livre "please unserstand me" . Il n’existe pas de version en français à ma connaissance, mais vous verrez que le type de personnalité de Grimault y est parfaitement décrit et vous comprendrez mieux certaines choses sur la manière dont se comporte les gens.

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Irna - le 4 juillet 2015

Bonjour,

Je suis d’accord avec vos remarques sur les miroirs. J.Grimault se trompe ici. Je ne suis par sur qu’il ait passé beaucoup de temps a étudier le sujet. Mais il ne peut pas être spécialiste de tout et a le droit de se tromper !

Sur le principe, je suis bien d’accord avec vous, et il ne me viendrait pas à l’idée de faire un crime d’une erreur. Mais, dans le cas de M. Grimault, on a quelqu’un qui :
- multiplie les erreurs grossières ; je n’en ai cité que quelques unes ici, mais sa conférence en est truffée ;
- se prétend, contrairement à ce que vous pensez, spécialiste en tout ; et prétend également avoir étudié le sujet depuis 40 ans ;
- et surtout refuse absolument de reconnaître la moindre erreur, répond systématiquement à côté et recourt tout aussi systématiquement à l’insulte...
Dans un cas comme celui-ci, je pense qu’on est fondé à mettre en évidence ses erreurs et son attitude.

J. Grimault sort ici de grosses bêtises montrant qu’il n’a pas beaucoup de bases en optique géométrique mais il ne peut pas être spécialiste de tout !
Et d’ailleurs en quoi cela remettrait-il en cause la qualité de ses films ?
Franchement LRDP est super !!
Il y a quelques erreurs et approximations mais le résultat est tout de même magnifique et les problèmes posés restent entiers.
Essayez comme moi d’être objectif !

Il me semble que c’est vous qui n’êtes pas très objectif ici ; ce qui remet en cause la qualité de ses films (en dehors des aspects formels liés au travail de M. Pooyard), c’est le fait que, comme pour la conférence ci-dessus, ils contiennent une grande quantité d’erreurs, raccourcis, approximations, voire des faux caractérisés. Donc non, pour moi LRDP ne peut pas être "super" malgré un travail cinématographique intéressant, parce que les "problèmes posés" ne sont pas posés correctement. Je vous renvoie aux autres articles de cette rubrique pour les exemples.

Notamment sur les pierres moulées, pour l’instant c’est pour moi l’hypothèse la plus vraisemblable. Là par contre je constate que vous n’avez pas d’arguments et que vous n’avez aucune expérimentation à proposer permettant d’obtenir un résultat équivalent à la qualité d’assemblage que l’on rencontre sur les sites des bâtisseurs.

Vu que je n’ai encore jamais évoqué sur ce site les idées de Davidovits en lien avec LRDP, je ne vois pas où vous auriez pu voir que "je n’ai pas d’arguments"... Par ailleurs, vous rendez-vous compte que vous utilisez la même moisissure argumentative que MM. Grimault et Pooyard : si je ne peux pas expliquer la précision d’assemblage (qui demande d’ailleurs à être un peu mieux qualifiée) cela m’interdit d’analyser et de critiquer une théorie ? Je ne peux pas critiquer un film si je n’en ai pas réalisé un, ni un livre si je n’en ai pas écrit un ? Avec ce type de demande il n’y aurait plus beaucoup de critique... ce qui arrangerait sans doute bien M. Grimault !
Pour en revenir à la théorie des pierres moulées, en plus de ce que Nali vous a écrit sur un autre fil, penchez-vous plutôt sur le travail de Michel Barsoum, c’est un peu plus sérieux que celui de Davidovits - mais pas beaucoup plus convaincant. J’ai le plus grand respect pour Davidovits en ce qui concerne sa spécialité, mais ses théories sur les pyramides sont pour le moins curieuses, et négligent ou travestissent complètement les connaissances acquises en matière d’archéologie et d’égyptologie (voir par exemple sa traduction assez folklorique de la Stèle dite de la Famine). Le fait est qu’il n’a jamais réussi à convaincre la communauté scientifique de ses théories en ce qui concerne les pyramides ; M. Grimault vous dira que c’est parce que les scientifiques sont bornés, fermés, accrochés à leurs propres idées... L’autre possibilité est tout simplement que les idées de Davidovits ne tiennent pas la route :)

J.Grimault ne demande pas qu’on le croit mais juste qu’on étudie ce qu’il dit

Hum, il me semble que vous n’avez pas dû fréquenter beaucoup M. Grimault sur les réseaux sociaux... Allez lui dire qu’il dit "de grosses bêtises montrant qu’il n’a pas beaucoup de bases en optique géométrique", et on verra sa réaction :D
M. Grimault n’accepte qu’on analyse et étudie ce qu’il dit que si on conclut dans le même sens que lui ; toute personne qui ose penser autrement, même sur un point secondaire, est immédiatement classée comme "troll" et bannie de ses pages...

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
phaser59 - le 4 juillet 2015

Bonsoir,
J’ai parcouru un peu votre site ces derniers jours. Je comprends mieux vos réactions à l’égard de son film.
"Ce qui remet en cause la qualité de ses films (en dehors des aspects formels liés au travail de M. Pooyard), c’est le fait que, comme pour la conférence ci-dessus, ils contiennent une grande quantité d’erreurs, raccourcis, approximations, voire des faux caractérisés. Donc non, pour moi LRDP ne peut pas être "super"
Comprenez bien que je n’y connais rien en égyptologie. J’ai passé beaucoup plus de temps dans ma vie dans les salles de sport que dans les musées. Je suis tombé sur ce film par hasard sur youtube. Les auteurs ont le droit de donner leur point de vue et se tromper mais c’est sur que s’il y a une volonté délibérée de tromper le spectateur avec des faux, là c’est différent. Je fais ici allusion à la photo de carottage de chris dunn qui est suspecte.

Mais je sais qu’il y a beaucoup d’autres éléments contestables. J’ai moi aussi quantité de remarques sur leur film mais je l’ai trouvé tout de même agréable à regarder. Pour l’archéologue ce n’est peut-être pas pertinent comme film mais pour le quidam moyen comme moi je trouve que c’est intéressant.
Après on peut dire qu’ils risquent de faire croire à certains qu’il a existé une civilisation très avancée avant nous etc...Mais bon quand je vois la manipulation de certains journaux télévisés que des dizaines de millions de personnes regardent. Finalement leur film est relativement inoffensif en comparaison.

Vu que je n’ai encore jamais évoqué sur ce site les idées de Davidovits en lien avec LRDP, je ne vois pas où vous auriez pu voir que "je n’ai pas d’arguments"...
Vous jouez sur les mots car pour moi vos arguments ne sont donc pas visibles.
Disons que vous n’avez pas donné d’arguments (même si vous en avez peut-être...)

Par ailleurs, vous rendez-vous compte que vous utilisez la même moisissure argumentative que MM. Grimault et Pooyard
Très bien je vais essayer de l’améliorer alors. Voici un article que je considère comme objectif :
http://sweetrandomscience.blogspot.fr/2015/05/le-mystere-des-murs-incas.html
Ce qui est intéressant c’est qu’il y a une photo d’un mur à pierre polygonales grec. Ce que je constate est que ce mur est loin de dégager l’impression de solidité et de précision des murs incas. Pourtant on voit qu’il y a déjà un travail remarquable. Les tailleurs de pierre grecs n’étaient pas manchots ! Mais malgré cela on voit qu’il y a tout de même des jours par endroit entre les pierres. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est du bricolage mais c’est moins bien que ce que faisaient les incas, avec des pierres pourtant plus facile à tailler. (mais là c’est à voir...)
D’après l’auteur, les fuyantes des blocs incas ne sont pas en ligne droite, (schéma B) ce qui ne permet pas de prise d’empreinte. (ce que peut-être les grecs ont fait sur le mur présenté ici)
Cependant défendre la théorie des pierres moulées n’est pas très confortable intellectuellement vu qu’il n’y a pas d’éléments archéologiques qui vont dans ce sens apparemment. En plus ça demanderait des connaissances en chimie qu’on n’a même pas aujourd’hui.
Mais comme dit l’auteur en conclusion, il y a probablement un ’’truc’’ qu’on finira peut-être par découvrir.

penchez-vous plutôt sur le travail de Michel Barsoum, c’est un peu plus sérieux que celui de Davidovits - mais pas beaucoup plus convaincant.
Je n’ai pas lu le livre de Davidovits, ni d’ailleurs aucun livre d’égyptologie. Je ne tiens pas à y consacrer trop de temps...

(voir par exemple sa traduction assez folklorique de la Stèle dite de la Famine).
C’est un spécialiste de la chimie...

il me semble que vous n’avez pas dû fréquenter beaucoup M. Grimault sur les réseaux sociaux...
Non je fais beaucoup de bricolage, de sport, de musique, de jardinage et je ne fréquente pas les réseaux sociaux. J’ai néanmoins pu lire sur votre site cette après midi quelques exemples de son langage fleuri...honnêtement je suis un peu déçu par ce que vous avancez car j’avais une meilleure image de lui. (pb des multipseudos, des like etc...)
Allez lui dire qu’il dit "de grosses bêtises montrant qu’il n’a pas beaucoup de bases en optique géométrique", et on verra sa réaction :D
Il le lira peut-être ici...
Jacques prenez une lampe de poche dans chaque main et mettez un playmobil sur une table puis mettez vous dans le noir. Vous allez vite comprendre pour les ombres...

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Irna - le 6 juillet 2015

Bonsoir,

Les auteurs ont le droit de donner leur point de vue et se tromper mais c’est sur que s’il y a une volonté délibérée de tromper le spectateur avec des faux, là c’est différent. Je fais ici allusion à la photo de carottage de chris dunn qui est suspecte.

Ce n’est pas le seul faux délibéré du film ; voyez en particulier le coup de la fausse page présentée comme faisant partie de l’ouvrage de Cole sur les dimensions de la pyramide : http://irna.lautre.net/La-Revelation-des-Pyramides-les-271.html#cole

Pour l’archéologue ce n’est peut-être pas pertinent comme film mais pour le quidam moyen comme moi je trouve que c’est intéressant.

Vous me permettrez de ne pas être tout à fait d’accord : pourquoi, sous prétexte qu’un film s’adresse au "quidam moyen", devrait-on accepter une vision complètement faussée, des manipulations et des mensonges ? Ce film n’est ni une oeuvre scientifique, ni une oeuvre de vulgarisation ; si je devais le classer ce serait plutôt dans les oeuvres de fiction, mais ce n’est pas ainsi qu’il est présenté. Par ailleurs les auteurs ont la prétention de révolutionner l’histoire de l’humanité, sans parler des mathématiques et de la physique, la moindre des choses serait de faire preuve d’un peu de rigueur...

Ce qui est intéressant c’est qu’il y a une photo d’un mur à pierre polygonales grec. Ce que je constate est que ce mur est loin de dégager l’impression de solidité et de précision des murs incas. Pourtant on voit qu’il y a déjà un travail remarquable. Les tailleurs de pierre grecs n’étaient pas manchots ! Mais malgré cela on voit qu’il y a tout de même des jours par endroit entre les pierres. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est du bricolage mais c’est moins bien que ce que faisaient les incas, avec des pierres pourtant plus facile à tailler. (mais là c’est à voir...)
D’après l’auteur, les fuyantes des blocs incas ne sont pas en ligne droite, (schéma B) ce qui ne permet pas de prise d’empreinte. (ce que peut-être les grecs ont fait sur le mur présenté ici)
Cependant défendre la théorie des pierres moulées n’est pas très confortable intellectuellement vu qu’il n’y a pas d’éléments archéologiques qui vont dans ce sens apparemment. En plus ça demanderait des connaissances en chimie qu’on n’a même pas aujourd’hui.
Mais comme dit l’auteur en conclusion, il y a probablement un ’’truc’’ qu’on finira peut-être par découvrir.

En dehors de l’absence de traces archéologiques, un autre gros obstacle c’est le fait qu’on trouve ce type d’architecture avec des roches à la fois très diverses et parfaitement identifiables, identiques à celles des carrières voisines, carrières dans lesquelles on trouve par ailleurs de multiples traces de taille et même des outils. Il faudrait donc supposer une civilisation capable de fabriquer non pas un type mais une dizaine de types de pierre artificielle absolument semblables à la pierre naturelle... tout en continuant à se casser la tête à tailler des blocs avec leurs outils rudimentaires !
D’autre part je ne comprends pas bien ce que dit l’auteur sur les "fuyantes" : il me semblait au contraire que Protzen avait montré que dans la plupart des cas la précision d’ajustement ne concerne que l’extérieur des murs, la partie visible, les faces internes des pierres n’étant elles que grossièrement ajustées... il faudrait que je le relise.
Je ne suis pas persuadée qu’il y ait "un truc" qui manque : plus probablement une multitude de petits "trucs", des savoir-faire, des tours de main que nous n’avons plus.

Il le lira peut-être ici...
Jacques prenez une lampe de poche dans chaque main et mettez un playmobil sur une table puis mettez vous dans le noir. Vous allez vite comprendre pour les ombres...

 :)
Si un jour vous faites l’expérience d’essayer de communiquer avec lui au sujet de ses erreurs sur ses pages facebook (il n’y a que là qu’il répond de temps en temps), prévenez-moi avant, que je ne rate pas le spectacle :D

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Cultrera Paul - le 6 juillet 2015

Dans un royaume ou la bêtise est reine, Jacques Grimault en est le roi...

Bonsoir,

Toujours lors de ce fameux diner/cabaret... au timing 51:33, Jacques Grimault nous sort une analyse, comment écrire cela ??? "pas piqué des hannetons" (c’est bien entendu ironique de ma part)

En voilà la transcription :

JG : "Alors on continue... Regardez, les mêmes images de cosmonautes les incrustations sont évidentes là
C’est à dire que l’on a effacer tout ce qu’il y a derrières ces pierres là !
Regardez, ca nous ai présenté comme des photos lunaires mais ca c’est exactement ca hop là, ici lui avec sa pièce "appa..." le gros rocher qui est ici !

C’est à dire qu’on a fait une incruste sur fond noir ici !
C’est normal après cela qu’on ne voit pas des étoiles sur le fond lunaire puisque qu’on va nous expliquer savamment : "vous comprenez on ne peut pas voir les étoiles parce qu’on ne peut pas même les voir...


> Outre le fait, comme précisé dans l’article initial d’Irna, que se sont bien des photos d’entrainement des vols Apollo 17 et 15 qui furent reprises pour le compte du site Artivision et dont l’auteur/webmaster annonça ouvertement avoir lui-même procédé à l’incrustation sur fond noir (très mauvais choix d’exemples de votre part qui souligne un certain manque de rigueur)...

Des étoiles... Des étoiles, sérieusement... Non mais allo quoi ??? Des étoiles en pleine matinée "lunaire" !!

D’accord le ciel est d’un noir d’encre... Mais, mais c’est le jour sur la Lune, cette couleur noire est simplement dû à l’absence d’atmosphère.

Saviez vous que les astronautes atterrissaient au tout début du jour lunaire (qui dure 28 jours terrestres). Ils bénéficiaient ainsi d’une lumière rasante pour le repérage du terrain à l’atterrissage (entre 10 et 15° d’élévation au-dessus de l’horizon) et de températures relativement modérées : la température au sol passe ainsi progressivement de 0 à 130 °C entre le lever du Soleil et le moment où le Soleil culmine à son zénith au bout de 177 heures terrestres.

Le Soleil était bas certes, mais c’était bien le jour... Allez donc voir des étoiles en matinée !!

De plus ; avec les moyens de l’époque (c’est d’ailleurs toujours valable...) le temps de pose pour avoir des scènes de jour, figer les mouvements des astronautes est de l’ordre de l’instantané : du millième au 30ème de seconde.
dès qu’on passe au delà du 8ème de seconde, l’appareil photo enregistre les mouvements intempestifs du photographe (respiration entre autre).
Avec un appareil Hasselblad ouvert à 5,6 minimum, il faut poser au moins 2 à 10 secondes (en plus sans bouger) pour chopper les étoiles les + brillantes.

Donc, sur la Lune, les photos devraient monter l’un ou l’autre :
- soit des images d’arrière plan nettes et correctement exposé mais avec un ciel noir immaculé
- soit montrer les constellations que l’on connait, mais avec le sol lunaire cramé par la sur exposition...

Mais il est arrivé, à 2 reprises, qu’une étoile, qui n’en était pas une (on l’appelle bien pourtant l’étoile du berger), se fit photographiée c’était : Vénus.
Il fallait pour cela qu’elle se soit trouvée dans le champ de prise de vue. Car vu de la Lune, Vénus parait, comme depuis la Terre, d’un coté ou de l’autre du Soleil.

Avec sa magnitude de -4, Vénus est une soixantaine de fois plus brillante que les étoiles de première magnitude. Il faut néanmoins que la photo soit surexposée, et encore on discernerait que quelques pixels plus clairs que le fond du ciel.

Ce fut le cas avec les photos :

http://www.hq.nasa.gov/alsj/a16/AS16-117-18815HR.jpg
http://www.hq.nasa.gov/alsj/a16/AS16-117-18816HR.jpg
http://www.hq.nasa.gov/alsj/a16/AS16-117-18817HR.jpg

(à vous de cherchez la petite bête)

Ainsi que lors du vol Apollo 14
http://www.hq.nasa.gov/alsj/a14/a14Venus.html

Voilà c’est tout pour ce soir, cela fais office d’échauffement cérébral... A venir très prochainement la vérité scientifique (et non loufoque comme vos dires) sur les pavés lunaires !!

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Irna - le 4 août 2015

Une page intéressante de Paul Cultrera avec une synthèse démontant quelques uns des pseudo-arguments de Jacques Grimault : http://www.de-la-terre-a-la-lune.com/vehicules-et-technologies/hoax/Le_canular_02.htm

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Cultrera Paul - le 3 janvier 2016

Bonsoir Irna et meilleurs vœux pour 2016

Comme j’avais 5 min à perdre, je reviens sur le fil des commentaires avec une "étude" (c’est un grand mot) plus aboutie de l’image "Man on the Moon" (... et de ses 3 ombres LOL) où j’ai rajouté un encart explicatif pour les plus dubitatifs
http://image.noelshack.com/fichiers/2016/53/1451851066-explication-bis-02.png

Je reviendrais très prochainement sur "les pavés lunaires" posés à même le sol au timing vidéo de 56:01 à 56:23 (je récolte et je fignole) !!

Une nouvelle fois meilleurs vœux

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Irna - le 3 janvier 2016

Merci Paul pour l’image ! On attend la suite avec impatience :)

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Cultrera Paul - le 9 janvier 2016

Coucou Irna... Voilà la suite

Les fameux pavés lunaires de Mr JG (un relent de mai 68 ??), qui selon ses propres dires, je le cite : (timing vidéo de 56:01 à 56:23)

"On a ça aussi, c’est un pavé comme on en trouve sur... Dans les rues de Paris, et voilà donc il y a des manifestants aussi sur Mars !"
"Un autre pavé... Sympa, je trouve... C’est dans le sable, cela veut dire qu’il n’y a pas d’assise géologique, c’est vraiment un truc qui a était posé là..."


> Outre le fait que ce personnage confond la surface lunaire et martienne dans ses propres dires, on peut fortement et à juste titre s’interroger sur ces capacités d’analyse en géologie.

1er photo présentée : https://www.hq.nasa.gov/alsj/a15/AS15-82-11130HR.jpg (rien à voir donc avec Mars, mais bon c’est un détail... quoique !)
Photo prise lors du vol Apollo 15 à la station n°9 "flat rock"

Ensuite seconde photo "un autre pavé..." (selon lui)

— -> Et bien non, c’est toujours le même rocher (https://www.hq.nasa.gov/alsj/a15/AS15-82-11131HR.jpg) simplement pris sous un autre angle et oui les astronautes n’étaient pas statiques, dommage essayer encore !!

Un pavé pour Mr Grimault, moi j’y vois plutôt un Stecak (pierre tombale) médiéval mais bon, c’est selon le point de vue.

Maintenant venons en à la fameuse analyse "C’est dans le sable, cela veut dire qu’il n’y a pas d’assise géologique, c’est vraiment un truc qui a était posé là..."

WTF...??? Bon premièrement on nomme cela de la (ou du régolithe) et non pas du sable

L’analyse proprement dite :

Prenons une vue d’ensemble de la région https://www.hq.nasa.gov/alsj/a15/AS15-82-11125HR.jpg
ou encore plus vaste
http://www.lpi.usra.edu/resources/apollopanoramas/images/print/annotated/JSC2007e045378.jpg

Et que voyons nous ??

le contexte géographique :

- Le "pavé" en question se trouve sur le devant, en tout début de pente descendante de la faille de Hadley, celle-ci, selon la théorie le plus communément admise, est vraisemblablement un ancien conduit de lave effondré qui forme une crevasse de 120 km de long, avec une largeur de 1200 m et une profondeur de 350 m.

Le rocher lui même :

- A ceux qui se sont déjà essayer par le passé à la géologie, comme moi, sur les photos prises on peut distinguer de nombreuses caractéristiques géologiques (du moins 2 c’est déjà ca)... C’est pourquoi, notamment une des raisons pour laquelle, les astronautes ont pris les photos en N&B (pour faire ressortir au maximum les détails des roches)

Donc, on peut discerner que la surface de ce fragment de roche, à l’apparence d’un pavé ( https://www.flickr.com/photos/projectapolloarchive/21062664633/sizes/l ), ressemble à un vésiculaire !
C’est un type de texture ignée, caractéristique des roches volcaniques qui renferme d’abondantes cavités : les vésicules. Elles sont formées par le piégeage puis l’échappement de gaz pendant le refroidissement de la lave.
Donc dans l’affirmative, c’est probablement un basalte. La stratification ( https://www.flickr.com/photos/projectapolloarchive/21496827789/sizes/l ) pourrait provenir à l’origine de différentes coulées de lave.

A l’affirmation : "C’est dans le sable, cela veut dire qu’il n’y a pas d’assise géologique, c’est vraiment un truc qui a était posé là..."

- Je répondrais : oui, à premiere vue, vous avez entièrement raison et alors ??...
Le plus plausible (au lieu d’un dépôt effectué par un technicien de plateau de cinéma, lourdement suggéré par votre part) c’est que cette roche se trouve là à cause d’un impact secondaire due au crash d’un quelconque astéroïde ou météoroïde, au choix (vous savez on est sur la Lune, pas d’atmosphère toussa quoi...).

Soyons honnête jusqu’au bout, je ne sais pas pourquoi elle est de forme rectangulaire. Sur Terre, ceci est assez commun en raison des joints, des fractures dans les roches en raison de la tectonique à l’échelle régionale. Je ne connais aucun emplacement de tels joints (attention, je n’écris pas qu’il n’y en a pas) sur la Lune.
http://jfmoyen.free.fr/IMG/pdf/Cours_structurale_JFM_2009.pdf

Peut être plus d’infos à venir, un de ces jours...

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Irna - le 9 janvier 2016

La tectonique lunaire est faible, mais pas inexistante, il n’y a donc pas de raison que n’apparaissent pas des réseaux de fractures deci delà. La présence de réseaux de fractures orthogonales est suggérée dans plusieurs publications : https://books.google.fr/books?id=Y5B9BgAAQBAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=orthogonal%20joints&f=false ou https://www.researchgate.net/publication/252688697_The_existence_of_horizontal_stress_fields_and_orthogonal_fracture_systems_in_the_moon’s_crust par exemple.

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Cultrera Paul - le 9 janvier 2016

Mes souvenirs en géologie sont lointains... début lycée (de la seconde à la terminale), cela fait un donc baille !

Merci pour les liens de publications

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Cultrera Paul - le 26 janvier 2016

Quand il y en a plus il y en a encore, ou l’insondable stupidité de Mr Grimault...

A 47:27 (je le cite) :

"Regardez ce travail qui a été fait par un monsieur qui s’occupe aussi de pyramide : Philippe Lheureux...

(NB : désolé ce n’est pas une référence... Mais bon)

qui s’est aperçu que : "tiens c’est bizarre quand on prenait n’importe quelle photo du lot offert par la NASA au public, on pouvait les assembler les unes avec les autres mais chaque fois le contexte était différent !
Ainsi vous voyez une photo ici avec le LM (à gauche), une autre photo ici avec le LM (à droite) et à l’intérieur entre les 2, si je puis dire, le montage qui réunit ces 2 photos (droite et gauche) parfaitement mais le sol n’a strictement rien à voir avec le sillon des... Euh... Du véhicule lunaire ou les traces de pas et cetera...
En revanche là, on dirait que c’était fraichement labouré parce que… Euh... C’était utile de planter au dernier moment de quoi se nourrir !
(NB : Même Lheureux ne s’était pas abaissé à une déduction aussi simpliste)
Donc voyez et le LM n’existe pas sur la photo au centre il y a rien, il n’y aucune connexion entre ces 3 images.

>>>> Alors voyons ses affirmations d’un peu plus près…

« Regardez ce travail qui a été fait par un monsieur qui s’occupe aussi de pyramide : Philippe Lheureux qui s’est aperçu que : "tiens c’est bizarre quand on prenait n’importe quelle photo du lot offert par la NASA au public, on pouvait les assembler les unes avec les autres mais chaque fois le contexte était différent !... »

>>>> Monsieur Lheureux n’a pas fait la grossière (ou stupide, à votre bon vouloir) erreur d’affirmer que n’importe quelle photo du lot offert par la NASA au public, pouvait s’assembler les unes avec les autres à chaque fois dans un contexte différent !
Si vous lisez bien sa page web
http://superlutin.chez-alice.fr/lune9.html
Vous y verrez que Mr Lheureux note bien ceci : « Le même fond pour deux photos différentes prises lors de la même mission »
Il faut bien lui reconnaître cela !

Et puis c’est comme le Port-Salut, c’est marqué dessus… Photos :
AS15-82-11082 – AS15-88-11863 (la photo du milieu) - AS15-82-11057
On ne peut pas faire plus clair… Non ??

« Ainsi vous voyez une photo ici avec le LM (à gauche), une autre photo ici avec le LM (à droite) et à l’intérieur entre les 2, si je puis dire, le montage qui réunit ces 2 photos (droite et gauche) parfaitement mais le sol n’a strictement rien à voir avec le sillon des... Euh... Du véhicule lunaire ou les traces de pas et cetera... »

>>>> Alala… Les montages photographiques à l’emporte-pièce, tout un régal…
Regardons un petit peu le site et l’environnement proche du site d’Apollo 15 et qu’observons nous ??

En se basant sur les dates des photographies, nous déduisons d’emblée qu’elles n’ont pas été prises au même endroit, au même moment.
Image AS15-82-11082, 31 juillet 1971 : correspondant à la 1er EVA, station 9 située à 1,4 km à l’ouest du LM.
Image AS15-88-11863, 1er aout 1971 : correspondant à la 2eme EVA, zone du drapeau à 20 m au nord-est du module lunaire.
Image AS15-82-11057, 2 aout 1971 : correspondant à la 3eme EVA, station 8 située à 125 m au nord-ouest du LM.

« Donc voyez et le LM n’existe pas sur la photo au centre il y a rien, il n’y aucune connexion entre ces 3 images. »

>>>> Si, si il y a une connexion !!
Premièrement, Les photos présentées sont toutes de la même mission : Apollo 15 (mais, je le concède, pas prises lors de la même EVA).
Et non, comme vous le dites : « tiens c’est bizarre quand on prenait n’importe quelle photo du lot offert par la NASA au public, on pouvait les assembler les unes avec les autres mais chaque fois le contexte était différent ! »
Rappelez-vous, sur la surface lunaire, les astronautes n’étaient pas statiques… Ils bougeaient et de surcroit encore plus lors de cette mission, car pour la première fois, ils utilisaient le LRV (communément appelé la jeep lunaire).

Secundo, elles sont toutes prises dans la même direction (pour y faire apparaître la même chaine de montagnes (les monts Hadley).
Mais peut-être une explication plus terre à terre s’impose… Essayons de la faire le plus simple possible :

- Comme déjà écrit plus haut, une simple recherche nous révèle donc que les photos ont toutes été prises dans le domaine de Hadley lors d’Apollo 15. Les « petites collines » en arrière-plan sont en fait de très hautes montagnes situées à plus de 15 kilomètres derrière le site d’atterrissage. Le mont Hadley, par exemple, fait environ 4500 mètres de haut.
Imaginez photographier le mont Blanc à partir d’un village situé quelques kilomètres devant celui-ci et déplacez-vous de quelques centaines de mètres pour prendre une seconde photo.
Cela ne vous surprendra pas alors de découvrir que les maisons du village ne sont plus au premier plan, tandis que l’arrière-plan (le mont Blanc) sera sensiblement identique. Ceci est exactement ce qui se produit dans les photographies lunaire inculpées : elles sont simplement prises à deux endroits différents.
Sur notre bonne vieille Terre nous sommes tous aussi habitués à juger de la distance d’un objet grâce au “flou” que l’atmosphère génère (ce que l’on appelle la perspective atmosphérique, pour ceux qui se sont essayé à la peinture) sur les objets éloignés. Alors que sur la Lune il n’y a pas d’atmosphère, résultat les objets éloignés sont vus aussi précisément que ceux proches rendant impossible de juger correctement des distances (gène maintes fois rapportée par les astronautes).

En voyant la dernière bande annonce de vos conférences Gizeh 2005 Tour
Une question me vient à l’esprit !
Alors Mr Grimault…

Êtes-vous prêt à étudier les faits ??

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Gollum Illuminati - le 5 février 2016

Je me suis permis de reprendre quelques unes de vos illustrations dans cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=82kK5TowMNc
Si cela pose problème faites le moi savoir.

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Irna - le 5 février 2016

Pas de problème, au contraire :)

De la Lune, de Kubrick et des miroirs
Voynich - le 13 décembre 2017

Dîner conférence, à 5mn17 : "il y a systématiquement 1/2 millimètre d’espace comblé par un lait gypseux & spongieux" ; LRDP : "les pierres sont si exactement taillées qu’on ne peut pas y passer une lame de rasoir".
J’en déduis que JG s’étonnerait donc que l’on ne puisse glisser une lame de rasoir entre ma tasse a café et mon bureau (tip : j’en conclus que les bâtisseurs se fournissent chez Ikea et aiment la céramique artisanale), et serait complètement extasié de constater que je glisse ma serviette entre les deux, l’assemblage ainsi obtenu offrirait encore moins d’espace.



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2006-2018 © Le site d’Irna - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 4.0.96
amélioré par Pigédius
Hébergeur : L'Autre Net