Des conséquences tragiques d’un poisson d’avril - bis repetita placent - [Le site d'Irna]

Des conséquences tragiques d’un poisson d’avril - bis repetita placent

Article mis en ligne le 9 janvier 2014

logo imprimer

    traductions de cet article :
  • English

M. Dominique Jongbloed, après une première expédition à l’été 2013 sur les « pyramides » de Bosnie (plus ici même à ce sujet), prévoit d’organiser une deuxième expédition au mois d’avril 2014. Parallèlement, l’association qu’il préside, NordSud Institute, propose aux futurs volontaires souhaitant participer au chantier une prestation de transport et de réservation de chambres, et organise des voyages de découverte de la « vallée des pyramides » de Visoko pour la modeste somme de 1148,16 euros pour une semaine.

Sur sa page Facebook, « l’Aventurier » propose un teaser pour les « voyages-découverte », sous la forme d’une série de photos des « monuments » que les touristes pourront visiter. Parmi ces photos, on trouve celle-ci :

Capture d’écran du 8 janvier 2014
Screen Capture 8 January 2014 - Source

avec le texte suivant :

La Pyramide du Dragon (détail) - cinquième "monument". On y aurait trouvé des traces de peuplades de pêcheurs à une époque où la vallée aurait été en partie submergée. ©2014 Tous droits réservés pour tous pays. — at A Visoko, en Bosnie-Herzégovine.

La source de l’image n’est pas fournie par M. Jongbloed, mais je peux la lui indiquer. L’image qu’il utilise est celle-ci :

Source

et elle provient de Wikipedia, où elle est utilisée sur la page « Site d’art rupestre d’Alta ». Alta est un site, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, du nord de la Norvège, comprenant plus de 5000 gravures rupestres datées du 5ème au 1er millénaire avant JC, gravures montrant des scènes de chasse et pêche ; celle que M. Jongbloed présente comme provenant de la « pyramide du Dragon » représente une scène de pêche, avec des bateaux et des poissons.

Mais que vient donc faire une gravure rupestre norvégienne en illustration d’une « pyramide » de Bosnie ? C’est une longue histoire qui commence le 1er avril 2007 ; ce jour-là, je m’amuse à produire un canular humoristique intitulé « Les pêcheurs de la pyramide », où je décris la découverte, par la fondation de M. Osmanagic, de toute une série de gravures et d’artefacts en forme de poisson sur la colline de Buci (celle que les partisans des pyramides appellent « pyramide du Dragon »). Mon petit poisson d’avril est illustré de photos d’artefacts réels, provenant soit du site d’Alta soit de divers sites paléolithiques français, dont l’Abri du Poisson aux Eyzies de Tayac. L’origine des artefacts est donnée à la fin de l’article, par ailleurs rempli de clins d’oeil de plus en plus gros qui font qu’il est impossible de le prendre au sérieux.

C’est du moins ce que je pensais à l’époque ; c’était sans compter sur la crédulité et l’incapacité à lire plus de deux lignes de certains internautes ! J’ai en effet retrouvé par la suite sur divers forums, par exemple ici, mes poissons de 2007, présentés comme des artefacts réellement trouvés à Visoko ; il y avait même une page en bosnien, aujourd’hui disparue, qui reprenait texto les soi-disant informations de mon texte, à l’exception des plus délirantes !

Pour la suite de l’histoire, on rentre dans une autre catégorie, qui n’est plus celle de l’ignorance ou de la crédulité, mais qui tient manifestement de la fraude ; mes poissons d’avril sont en effet repris en mai 2010 sur un forum italien, toujours présentés comme découverte légitime, mais cette fois par un certain Nenad Djurdjevic, qui ne pouvait pas ne pas savoir qu’il s’agissait d’un canular. M. Djurdjevic est en effet un ami de M. Osmanagic, il suit les travaux de ce dernier depuis le début, et sait parfaitement qu’aucun trésor archéologique à base de poissons n’a été trouvé, ni sur la « pyramide du Dragon » ni sur aucune autre « pyramide ». Ce qui ne l’empêche pas de déclarer sur ce forum italien : « Sono state scoperte delle arti rupestri che raffigurano uomini in barca che vanno a pesca, raffigurazioni e manufatti a forma di diverse specie di pesce oggi sconosciute » (« Ont été découvertes des oeuvres d’art rupestre qui représentent des hommes en bateau allant à la pêche, des représentations et des artefacts en forme de diverses espèces de poissons aujourd’hui inconnus »). Toute l’histoire, qui en dit long sur la crédibilité et l’honnêteté de M. Djurdjevic (qui tient par ailleurs les blogs pro-pyramides http://www.bosnian-pyramid.org/ et http://bpblognews.blogspot.fr/), est racontée ici.

Pour en revenir à M. Jongbloed, j’ignore comment cette photo du site d’Alta s’est retrouvée en sa possession : l’a-t-il trouvée lors d’une recherche internet sur la « pyramide du Dragon » ? lui a-t-elle été communiquée par un membre de la fondation en Bosnie, voire par M. Djurdjevic lui-même ? par un internaute lambda ? Peu importe : le fait est qu’il reprend une information totalement inventée (même s’il prend la précaution d’utiliser le conditionnel : « On y aurait trouvé des traces de peuplades de pêcheurs à une époque où la vallée aurait été en partie submergée »), et surtout qu’il présente une soi-disant image de la « pyramide du Dragon » sans la moindre vérification. Pas très sérieux de la part de quelqu’un se présente comme un spécialiste des civilisations « antédiluviennes » ayant voyagé en Scandinavie, et qui prétend apporter à son public « la vérité, rien que la vérité, mais toute la vérité » !


Mise à jour - 14 janvier 2014

Comme on pouvait s’y attendre, M. Jongbloed ayant visiblement l’habitude d’effacer ses traces, l’image de la prétendue « pyramide du Dragon » a disparu de sa page Facebook aujourd’hui. Si son teaser annonce toujours les photos de « six monuments » :

Capture d’écran du 14 janvier 2014
Screen Capture 14 January 2014

l’album n’en contient plus que cinq, plus trois photos de l’hôtel de Visoko :

Capture d’écran du 14 janvier 2014
Screen Capture 14 January 2014

alors que le même album incluait bien il y a quelques jours les « traces de peuplades de pêcheurs » :

Capture d’écran du 9 janvier 2014
Screen capture of 9 January 2014
P.S. :

Pour en savoir plus sur Dominique Jongbloed :

Où l’on découvre que l’habit ne fait pas le moine, ni le chapeau l’Aventurier : tout sur sa carrière d’Aventurier

Où l’on découvre... deuxième partie : tout sur ses sociétés, associations, et multiples projets jamais aboutis

Où l’on découvre... troisième partie : sa carrière d’écrivain


Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2006-2017 © Le site d’Irna - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47
amélioré par Pigédius
Hébergeur : L'Autre Net