"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion - [Le site d'Irna]

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion

Article mis en ligne le 10 septembre 2014

logo imprimer

Voir la mise à jour du 10 septembre 2014

Une des thèses centrales du film La Révélation des Pyramides est la présence, dans les dimensions de la pyramide de Chéops, de diverses valeurs significatives (Pi, Phi, la vitesse de la lumière), et surtout du système métrique, plus de quatre mille ans avant que ce système soit "retrouvé" par les savants français de la période révolutionnaire. Cette idée de la présence du système métrique est probablement même à l’origine de toute la démarche de l’auteur, M. Grimault, puisque cette idée lui est venue à l’âge de 15 ans, l’entraînant ensuite dans les 37 années de recherches qui ont abouti au film :

En effet, en lisant en 1969 l’ouvrage de l’architecte et égyptologue Jean-Philippe Lauer (Le problème des pyramides d’Egypte, Payot 1948 - Paris), je notais que l’anglais John Taylor affirmait que le demi-périmètre de la grande pyramide de Gizeh divisé par sa hauteur donnait le fameux nombre Pi, rapport du périmètre au diamètre de n’importe quel cercle…

C’est en cherchant si cela était dû au hasard que je fis l’opération suivante, fort proche et que tout le monde peut faire : demi-périmètre moins hauteur… Opération qui comporte les mêmes valeurs que celle de John Taylor… Jean-Philippe Lauer, comme la plupart des égyptologues, donne à la coudée – l’étalon métrologique utilisé en Egypte à cette époque par les bâtisseurs de pyramides géantes – la valeur de 0,5235 m, sans même se questionner sur la haute précision de cet étalon, 27 siècles avant notre ère : au dixième de millimètre, pour un édifice dépassant tout de même 230 mètres de côté et 146 mètres de hauteur…

880 c (x 0,5235 m, soit 460,68 m) – 280 c (x 0,5235 m, soit 146,58 m) = 314,1 mètres, soit Pi (3,14159…) en hectomètres, avec deux décimales après la virgule… Vous avez aperçu le problème ? Pi, et en valeur métriques, 27 siècles avant notre ère…

Sans que quiconque s’en soit aperçu ?

C’est par cette étrange et minuscule découverte géante que, le 16 juillet 1969 vers 17 h 30, le jour même où trois cosmonautes américains fonçaient vers la Lune pour y marcher, et accessoirement le jour de mon anniversaire, que commencèrent mes recherches, dans le silence total ! Toutes les autres en sont issues ; toutes sans exception.

(source)

Cette thèse centrale s’appuie donc sur les dimensions de la pyramide (demi-périmètre moins hauteur donnant Pi mètres) ; mais elle est introduite dans le film, et étayée, par les dimensions du pyramidion dit de la pyramide rouge de Dahchour (Dahshur) découvert par l’égyptologue Rainer Stadelmann, même si ce pyramidion n’a officiellement rien à voir avec la pyramide de Chéops (Dahchour et Gizeh sont distantes d’un peu plus de 25 km). Ce pyramidion est mentionné à trois reprises dans le film, et voici la transcription de ces trois mentions :

58mn (au tout début de la deuxième partie)

Narratrice  : Voici ce qu’on appelle un pyramidion. C’est le sommet d’une pyramide. Celui-ci a été découvert par l’égyptologue allemand Rainer Stadelmann en 1993, et mon informateur m’avait emmenée le filmer en 2005. Les mesures relevées par Stadelmann, ainsi que celles que nous avions prises, donnaient précisément 1,57 m de base pour 1 m de hauteur.

Rainer Stadelmann  : Nous l’avons assemblé. Ses dimensions sont 1 m par 1,57 m.

Narratrice  : Il était surprenant de constater qu’il mesurait précisément 1 m de hauteur.

Jean-Pierre Adam  : Les Egyptiens connaissaient beaucoup de choses dont nous sommes héritiers ; pas le système métrique certes, mais on peut penser que l’approximation c’était 2 coudées de hauteur ; bien entendu, ça suffisait pour le tailleur de pierre.

Narratrice  : Ce qui voulait donc dire qu’il mesurait par hasard 1 m de hauteur car nous savons que le mètre n’était pas connu à cette époque. En fait il serait plus juste de dire que nous croyons qu’il n’était pas connu à cette époque, ce qui est très différent. Je reviendrai sur ce point plus tard. Pour l’instant, je voudrais vous rapporter ceci : lorsque je suis retournée le filmer en 2008 j’ai été stupéfaite : ce pyramidion avait été changé !

Jean-Pierre Adam  : On est très intrigués parce que il y a là disons-le une trahison de la forme réelle et de la fonction de cet objet. Il n’y a aucune raison que cet objet ait eu cette forme, évidemment, puisqu’ils l’ont inventée. Alors, pour quelle raison, on ne sait pas.

Narratrice  : On n’a pas seulement changé sa forme, on a aussi modifié ses dimensions, ce qui est beaucoup plus grave, car comme vous allez le constater ce pyramidion joue un rôle clé dans la compréhension de l’énigme du site de Gizeh.

1h 17mn

Narratrice  : Je suis finalement retournée le voir [l’informateur - NdA], il me glissa aussitôt une photo du pyramidion qui avait été changé. Je découvris alors ce que j’avais pourtant eu sous les yeux pendant longtemps. Non seulement il indiquait le mètre, puisqu’il mesurait précisément 1 m de haut, mais en plus il donnait la valeur de Pi en mètres, car 1,57 m + 1,57 m = 3,14 m = Pi en mètres. Il lui paraissait étonnant que personne n’ait vu cette chose qui crevait pourtant les yeux : ce pyramidion était une maquette de la Grande Pyramide. Même son découvreur ne l’avait pas remarqué. En fait ce pyramidion était très probablement la pointe de la Grande Pyramide, qu’on n’avait jamais retrouvée. Mais que faisait-il à une vingtaine de kilomètres de Gizeh, au pied d’une pyramide à laquelle il n’appartenait pas, et pourquoi avait-on changé sa forme ? Mon informateur me montra alors ceci : cette dimension valait 1, sans unité de mesure donc ça pouvait être ce qu’on voulait. Mais si on disait que ce 1 était 1 mètre, alors on obtenait la valeur précise de la coudée, en mètres. Il me fallut un peu de temps pour réaliser ce que cela voulait dire, mais cela semblait incontournable : les bâtisseurs connaissaient le mètre, des millénaires avant qu’on ne l’adopte.

1h 33mn

Narratrice  : Le pyramidion trouvé au pied de la Pyramide Rouge de Snefrou contenait une autre information d’importance : il mesurait précisément 12 coudées de périmètre, et la présence de Pi indiquait qu’on faisait référence à un cercle, un cercle divisé en 12 parties, un zodiaque.

On remarque tout d’abord, concernant le mètre, quelques formulations curieuses : "le mètre n’était pas connu à cette époque", "les bâtisseurs connaissaient le mètre, des millénaires avant qu’on ne l’adopte". Presque comme s’il y avait une préexistence du mètre, comme si le mètre était une donnée naturelle qu’on peut connaître et découvrir, plutôt qu’une construction intellectuelle (voir l’article mètre sur Wikipedia pour un rapide historique de l’invention du mètre).

Mais ce qui m’intéresse ici est l’affaire du pyramidion de Stadelmann : si l’on suit l’exposé du film, ce pyramidion aurait eu une hauteur d’origine de 1 mètre, mesurée et attestée par son découvreur, hauteur que les auteurs considèrent comme significative ; mais il aurait été récemment modifié de façon à faire disparaître cette dimension significative. Le texte du film ne permet pas de trancher entre modification accidentelle lors d’une restauration, ou modification volontaire (visant peut-être précisément à cacher l’existence du mètre ?), mais avance comme "probable" l’hypothèse d’un rattachement à la Grande pyramide de Gizeh de ce pyramidion trouvé à Dahchour, ce qui implique un déplacement intentionnel. Il y aurait donc eu deux interventions successives sur ce pyramidion, l’une ancienne (avant sa découverte par Stadelmann durant la campagne de fouilles 1982-1985 à Dahchour - et non en 1993 comme l’affirme le film) pour l’éloigner de la Grande Pyramide, l’autre récente, puisque la restauration actuelle du pyramidion a été faite fin 2005 ou en 2006, pour changer ses dimensions. Même si le film n’évoque pas l’hypothèse d’un complot, la juxtaposition de ces deux interventions supposées ne peut qu’évoquer dans l’esprit du public la possibilité d’une volonté de cacher quelque chose.

La littérature égyptologique en ligne n’est pas très riche sur ce pyramidion de Dahchour ; on en trouve mention dans le rapport de fouilles de Stadelmann, dont PhDSmith sur le forum Ufo-Septicisme cite un extrait accompagné d’une photo :

Die Unterfläche ist nicht ganz erhalten, doch dürfte die Seitenlänge genau 3 Ellen, d.h. 1,57 m betragen haben. Messungen an dem von uns nur vorläufig zusammengesetzten Pyramidion ergaben – mit einer leichten Ungenauigkeit, die in Kauf genommen werden muß, weil die einzelnen Bruchstücke vor einer Restaurierung noch nicht fest verfugt werden können – leicht voneinander abweichende Neigungswinkel der vier Seitenflächen und im ganzen einen etwas steileren Winkel als der an der erhaltenen Verkleidung gemessene von 45°. Messung von D. Polz an der freigelegten Verkleidung.

(Die Pyramiden des Snofru in Daschur
Zweiter Bericht über die Ausgrabungen an der nördlichen Steinpyramide MDAIK vol 39, 1983 pp. 235-236)

(La surface inférieure n’est pas tout à fait préservée, il apparaît que la longueur du côté est exactement 3 coudées, c’est à dire 1,57 m. Les mesures sur le pyramidion provisoirement assemblé ont révélé - avec une légère inexactitude qui doit être prise en compte car les fragments individuels avant la restauration ne peuvent pas encore être bien jointifs - un angle légèrement différent des quatre côtés [de la pyramide ?] et dans l’ensemble un angle un peu plus raide que celui du revêtement préservé mesuré à 45 °. Mesure par D. Polz du revêtement exposé. Traduction de Nablator)

Il est également mentionné dans la deuxième édition de l’ouvrage de Rainer Stadelmann, Die ägyptischen Pyramiden, publié en 1997 (il s’agit d’une réédition de l’ouvrage publié en 1985). L’ouvrage est disponible en ligne ici : http://www.gizapyramids.org/pdf_library/stadelmann_pyramiden_80-158.pdf ; on trouve une photo du pyramidion page 39 du pdf, et le paragraphe principal le concernant se situe page 101 :

Source p. 39
Source p. 101

Es ist bisher das einzige aufgefundene Pyramidion des Alten Reiches, aus einem monolithen Kalkstein feinster Qualität gearbeitet, mit einer Basislänge von 3 E = 1,57 m und - sehr überraschend - einem Winkel von etwas mehr als dem an der Pyramide gemessenen von 45°.

(Il est à ce jour le seul pyramidion connu de l’Ancien Empire, taillé dans un monolithe calcaire de la meilleure qualité, avec une longueur de base de 3 coudées = 1,57 m et - très surprenant - un angle légèrement supérieur à celui mesuré sur la pyramide, 45°. Traduction de Nablator)

Rainer Stadelmann ne donne donc pas la hauteur du pyramidion, du fait de l’imprécision de la reconstitution, il indique juste que sa pente est supérieure à celle de la pyramide rouge (évaluée selon les auteurs à 43°/45°). Il semble que certains auteurs aient compris le texte de Stadelmann comme donnant une pente de 45° pour le pyramidion, ce qui, pour une base d’1,57m de côté, aurait fait une hauteur de 78,5cm. Cette hauteur est citée par exemple par Zahi Hawass dans ce texte.

Ce qui est intéressant ici est de constater l’état du pyramidion lors de sa reconstitution : de nombreux fragments manquent, il n’y a ni la pointe ni la base, et il manque également une bonne partie des arêtes. Une autre photo fournie par Stadelmann en 2006 dans ce document montre l’état du pyramidion en cours de reconstitution :

Source page 9

Ces premières estimations de Stadelmann pour la pente et la hauteur du pyramidion ont été par la suite affinées. Ainsi Corinna Rossi (architecte et égyptologue) a publié en 1999 une note sur le pyramidion où elle explique comment elle arrive à une pente d’un peu plus de 54° :

Because of the large number of fragments and the generous use of plaster in the reconstruction, the surfaces of the pyramidion are slightly irregular. Nevertheless, at about 96 cm from the top, measured along the edge, it is possible to measure the breadth of the faces directly on the original pieces. They are about 96 cm wide, which means that the four faces were each equilateral triangles.
[…] In a pyramid, if edges and base have the same length, the four faces are four equilateral triangles resting on oblique planes inclined toward the vertical axis. The slope of such a pyramid can be measured as 54°30’, or a seked of 5 palms. Although it does not seem to have been a very regular piece altogether, the pyramidion found at Dahshur appears to have shared these geometrical characteristics.
[...]Thus, the slope of the pyramid has been given values between 43° and 45°, while the pyramidion has, beyond any doubt, a slope of about 54°30’.

(Du fait du grand nombre de fragments et de l’emploi généreux de plâtre dans la reconstruction, les surfaces du pyramidion sont légèrement irrégulières. Cependant, à environ 96 cm du sommet en mesurant le long de l’arête, il est possible de mesurer la largeur des faces directement sur les morceaux d’origine. Ils font environ 96 cm de large, ce qui signifie que les quatre faces étaient toutes des triangles équilatéraux. [...] Dans une pyramide, si les arêtes et la base ont la même longueur, les quatre faces forment quatre triangles équilatéraux formant des plans obliques inclinés vers l’axe vertical. La pente d’une telle pyramide peut être évaluée à 54°30’, ou un seked de 5 paumes. Bien qu’il ne semble pas avoir été tout à fait un objet parfaitement régulier, le pyramidion trouvé à Dahchour paraît partager ces caractéristiques géométriques. [...] Ainsi, la pente de la pyramide a été évaluée entre 43° et 45°, tandis que le pyramidion a, sans aucun doute possible, une pente d’environ 54°30’.)

Si Corinna Rossi a raison sur les dimensions, la forme du pyramidion serait donc : pour une base toujours de 1,57m avec une pente de 54°30’, une hauteur de 1,10m, soit un peu plus de deux coudées comme le mentionne Jean-Pierre Adam dans le film, mais pas un mètre. Rossi note également que cette pente de 54°30’ correspond exactement à celle de la partie basse de la pyramide rhomboïdale de Dahchour, voisine de la pyramide rouge, et suppose donc que le pyramidion aurait pu être préparé à l’avance pour cette pyramide-là, puis écarté lorsqu’a été prise la décision de modifier la pente de la partie haute.

Il semble donc qu’aucune publication scientifique sur le pyramidion n’arrive à une hauteur de un mètre. Cette hauteur est pourtant semble-t-il bien mentionnée par Stadelmann dans le film (la version originale est couverte par la traduction en français, mais il n’y a pas de raison de douter de cette traduction) ; ainsi que dans au moins un ouvrage grand public récent (2004) auquel Stadelmann a collaboré, dont un internaute a pu scanner une page :

Source

C’est d’ailleurs le même ouvrage qui est montré brièvement dans le film à 58mn 48s. Si Stadelmann a affiné sa première estimation des dimensions du pyramidion entre 1997 et 2004 et abouti à une hauteur d’un mètre, je n’ai pas trouvé trace de publication de ce calcul dans la littérature scientifique. Il serait pourtant intéressant de voir si cette information apparaît ailleurs que dans un ouvrage grand public.

Voyons maintenant le problème de la restauration du pyramidion en 2005 et des modifications qu’il a subies. Cette restauration est évoquée par Stadelmann lui-même dans un rapport sur les travaux de conservation effectués à Dahchour entre novembre 2005 et novembre 2006 disponible sur le site du Deutsches Archäologisches Institut :

Dahschur Conservation Report 2005-2006 - Rainer Stadelmann

Il explique page 9 :

The measurements were taken by J. Dorner and later on it was restored by the restorer family Abd el-Qrety of Sakkara. During long years the pyramidion was misused by solders of the near army camp and visitors as a place to be used for inscribing their names on it. In autumn 2005 the pyramidion was dismantled again, cleaned and reconstructed according to the measurements on a high socle in order
to prevent visitors to misuse it again.

(Les mesures ont été prises par J. Dorner, puis il a été restauré par la famille de restaurateurs Abd el-Qrety de Saqqarah. Pendant de longues années le pyramidion a été maltraité par les soldats du camp militaire voisin et les visiteurs, utilisé comme support pour y écrire leur nom. A l’automne 2005 le pyramidion a été démantelé de nouveau, nettoyé et reconstruit selon les mesures sur un socle plus élevé pour empêcher les visiteurs de le dégrader à nouveau.)

Le texte est illustré d’une photographie du pyramidion dans son état actuel  :

Source

Cette restauration a donc été faite entre novembre 2005 et novembre 2006, selon les mesures prises en 1985, et à un moment où Rainer Stadelmann était directeur du projet du DAINST de conservation des monuments, et en présence de Joseph Dorner qui avait pris les mesures initiales du pyramidion (voir la dernière page du rapport sur la composition de l’équipe). La taille actuelle du pyramidion, quelle qu’elle soit, est donc bien celle déterminée par Rainer Stadelmann et Joseph Dorner. Jean-Pierre Adam, dans le film, critique la forme donnée au pyramidion (le retrait de la base) [1], mais ne mentionne pas de problème de taille.

Que peut-on retirer de tout cela ?
- qu’il est possible qu’il y ait une différence dans les dimensions du pyramidion entre la première et la deuxième restauration ;
- que l’état du pyramidion tel qu’il a été retrouvé rend de toute façon assez problématique toute mesure exacte ; même si une des reconstitutions s’est réellement trouvé faire un mètre de haut, il s’agissait de toute façon d’une reconstitution à partir de débris très incomplets, et rien ne permet d’affirmer (sauf le désir de l’auteur du film de trouver un mètre !) qu’une reconstitution soit plus juste que l’autre ;
- qu’il semble d’ailleurs que la première reconstitution du pyramidion ait été très imparfaite, avec des surfaces et des arêtes peu régulières ;
- que rien n’indique (à part à nouveau le désir de l’auteur) un lien entre ce pyramidion et la grande pyramide ;
- que la reconstitution actuelle est bien conforme aux mesures faites par Stadelmann lui-même ;
- que s’il y a bien une discordance dans l’histoire, c’est celle entre un article signé Stadelmann dans un ouvrage grand public en français, et le fait que le pyramidion actuel, qui ne fait pas un mètre, a été restauré sous la responsabilité du même Stadelmann (à ce propos, j’aurais bien aimé savoir quelle question exactement avait été posée à Stadelmann dans le film...).

Bref, le pyramidion d’un mètre exactement et son supposé escamotage fin 2005 me paraissent peu solidement avérés. Sans compter que, même dans l’hypothèse où ce pyramidion aurait fait précisément un mètre, utiliser l’existence d’un objet d’un mètre parmi les millions d’artefacts égyptiens qui ne font pas un mètre pour affirmer que "les bâtisseurs connaissaient le mètre, des millénaires avant qu’on ne l’adopte"...


Mise à jour du 1er avril 2013

Jacques Grimault revient sur la question de ce pyramidion sur le forum LRDP, toujours par l’intermédiaire d’un de ses prosélytes :

A noter que cette situation est implicite dans les dimensions du pyramidion situé à l’est de la Pyramide rouge de Snéfrou, à Dahchour, ce que les Trolls cherchent d’ailleurs à anéantir, en mentant copieusement au besoin, parce que c’est là un argument aussi démonstratif que factuel…
Pourquoi ? Parce qu’en lui sont concentrés tous les éléments proposés de manière disparate en la grande pyramide de Gizeh…

Ayant écrit l’article ci-dessus sur le pyramidion, je ne peux m’empêcher de me sentir quelque peu visée par l’expression "les Trolls [...] mentant copieusement" au sujet des dimensions du pyramidion de Dahchour. Je note cependant que M. Grimault n’offre aucune argumentation à l’appui de son accusation de mensonge.

N’ayant pas la prétention de tout savoir sur le pyramidion, je suis prête à modifier mon article si M. Grimault apporte des éléments sourcés. S’il pouvait en particulier dire ce qui est exactement un mensonge parmi les éléments présentés dans mon article ? Nie-t-il par exemple que la reconstitution actuelle du pyramidion ait été faite sous la direction de Stadelmann lui-même, qu’il cite par ailleurs comme preuve que le pyramidion mesure un mètre ? Sinon, qui exactement accuse-t-il d’avoir "changé" le pyramidion, comme il est dit dans le film ?


Mise à jour du 10 septembre 2014

La question de la hauteur du pyramidion n’en finit pas d’agiter le petit monde de La Révélation des Pyramides ; à défaut de mesures sur pièce (Jacques Grimault prétend avoir mesuré le pyramidion à plusieurs reprises, dont une fois sous contrôle d’huissier, mais refuse de communiquer ces mesures et même le nom de l’huissier), plusieurs personnes ont essayé d’estimer sa hauteur à partir de diverses photos disponibles sur le net. Ainsi en juillet 2013 sur le forum ufo-septicisme, divers intervenants s’y essaient soit en utilisant règle et rapporteur, soit en utilisant le logiciel adhoc IPACO, et trouvent tous une hauteur largement supérieure à un mètre pour le pyramidion, l’estimation la plus précise étant celle fournie par le logiciel IPACO, de 1,097 m, ce qui correspond assez bien à l’estimation évoquée plus haut faite par Corinna Rossi en 1999, soit 1,10 m pour une pente de 54°30’.

Plus récemment, un des participants à cette discussion, Christophe Eulbrother, s’est essayé à une autre méthode, en reconstituant en 3D les différentes versions du pyramidion (avant et après la restauration de 2005, et en prenant à chaque fois un pyramidion de 1,00 m et un de 1,10 m) de façon à les comparer à une série de 7 photos du pyramidion réel dont il reproduit l’angle de prise de vue. Le résultat de son travail a été présenté sur le forum dédié au film : http://www.larevelationdespyramides-leforum.com/viewtopic.php?f=16&t=2069#p16259.

Dans tous les cas le résultat ne fait aucun doute : c’est toujours la version de 1,10 m qui se rapproche le plus de la photo originale, par exemple :

Photo originale du pyramidion avant restauration
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=51109491301999149ffd006f6o.jpg
Pyramidion reconstitué de 110 cm
Pyramidion reconstitué de 100 cm

Si rien ne remplace bien sûr une mesure in situ, j’invite le lecteur qui n’aurait pas les moyens d’aller mesurer lui-même le pyramidion en Egypte à prendre connaissance du travail assez convaincant d’Eulbrother, ainsi que de la réponse, plutôt creuse, de Jacques Grimault, qui n’offre toujours pas de publier les fameuses mesures d’huissier - et qui s’empresse de verrouiller le fil de discussion, de peur sans doute d’une réponse argumentée de l’auteur.

Mise à jour du 24 septembre 2014

Deuxième partie de l’article d’Eulbrother, où il reprend de nouveaux exemples à partir d’autres photos. Dans la suite de la discussion, Patrice Pooyard renouvelle une affirmation que j’avais déjà corrigée sur Facebook :

Automne 2005, le pyramidion est à nouveau restauré, semble-t-il sous la tutelle de Rainer Stadelmann. Le résultat en est que les côtés de la base, tous à 1,57 m au départ, fluctuent entre 1,57 et 1,60 environ, et la hauteur a pris 3 à 4 cm.
Décembre 2007, Jacques Grimault et Patrice Pooyard (vas-y Irna, note, consigne et compare les dates :lol : ) accompagnés de l’équipe de tournage de LRDP découvrent sur place qu’il a été modifié.
Pourquoi ? Nul ne le sait. On justifiera plus tard sa restauration par le fait qu’il aurait été couvert de graffitis, ce qui n’est assurément pas le cas encore fin juin 2005…

Or j’avais donné le lien sur Facebook vers deux photos du pyramidion montrant très clairement, contrairement aux affirmations de MM. Pooyard et Grimault, que le pyramidion de Dahchour était bien couvert de graffitis avant sa restauration. La première de ces photos date de 1997, et a été prise par Frank Doenenburg :

Source : http://fdoernenburg.de/bilder/eg00.php?offset=4&page=2

Même si le pyramidion est dans l’ombre, on y voit clairement de nombreuses traces d’inscriptions. La deuxième photo a été prise par des touristes anglais le 14 novembre 2005, soit juste avant la restauration :

Source : https://www.flickr.com/photos/10256744@N05/913019991/in/photostream/

et les dégâts y sont encore plus nets...

C’est décidément à croire que ce n’est pas le même pyramidion que MM. Pooyard et Grimault ont vu et mesuré !

Allez, pour le fun :

Notes :

[1A noter cependant qu’on a trouvé en 1996 à Gizeh un pyramidion qui semblait bien avoir eu cette forme-là, avec une base en pyramide inversée très aplatie, sans doute destinée à assurer une plus grande solidité au montage du pyramidion sur la pyramide, voir ici la reconstitution de ce pyramidion.

P.S. :

Les articles de Christophe Eulbrother sur le pyramidion ayant été supprimés du forum LRDP, vous pourrez retrouver le détail de son travail ici : La Révélation du Pyramidion


Forum
Répondre à cet article
Mètre et pyramidion
nablator - le 21 mars 2013

Bravo pour ce excellent article.

"Un ouvrage grand public (2004)"

Il n’y a pas de date dans l’édition que j’ai, bizarrement. Sur le web on trouve : SCHULZ (R.), SEIDEL (M.) [éd.], L’Égypte. Sur les traces de la civilisation pharaonique, Cologne, 1999. Je ne sais pas de quand date l’édition allemande dont c’est la traduction. Aucune importance.

Je suis toujours époustouflé par la capacité de Jacques Grimault à s’émerveiller de si peu de choses. 880 – 280 ça fait 600. 600 π / 6 = 100 π. Magique. Tous les multiples de 6 coudées font l’affaire, et JG ne s’en prive pas, quel bonheur. L’autre approximation φ²/5 permet de s’extasier tout autant avec les multiples de 5 coudées.

Il compte s’attaquer au pouce dans un prochain documentaire. Sans trop chercher j’ai trouvé de quoi s’émerveiller pendant des heures : 6φ³/10, πφ/2 et 2√φ qui "prouvent" sans doute que les égyptiens connaissaient le pouce exprimé en cm...

Mètre et pyramidion
nablator - le 21 mars 2013

J’ai oublié le lien. http://www.sudoc.abes.fr//DB=2.1/SET=1/TTL=1/CMD?ACT=SRCHA&IKT=7&SRT=RLV&TRM=3895089141
Malheureusement rien de plus à propos du pyramidion dans le texte.

Mètre et pyramidion
irna - le 22 mars 2013

Apparemment il a été réimprimé plusieurs fois, au moins 2004 et 2007 : http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SRCH?IKT=12&TRM=092750273 et http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SRCH?IKT=12&TRM=118518348. Il y a aussi la version anglaise sur Google Books : http://www.amazon.com/Egypt-World-Pharaohs-Regine-Schulz/dp/3833160004/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1363907043&sr=1-1 ; la légende de la photo est bien la même, hauteur 1 mètre.

Je suis toujours époustouflé par la capacité de Jacques Grimault à s’émerveiller de si peu de choses

 :-D

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
fromageblanc - le 18 juin 2015

Bonjour,

je me suis inscrit pour discuter ici car je constate que le dialogue y est plus libre que sur les espaces Facebook de la communauté proche de M. Grimault.
Merci Irna pour ce travail impressionnant et cette ouverture à la discussion.

En ce qui concerne les émerveillements de M. Grimault, le plus important me semble être le fait que la coudée soit une valeur qui approxime à la fois pi/6 et phi²/5, en mètre. Cela me semble tout à fait digne d’intérêt et probablement significatif d’une science mathématique non triviale.
D’autre part, il me semble que, dans l’article, vous passez à côté du fait que le mètre n’est pas une unité de mesure arbitraire mais une fraction décimale d’une grandeur terrestre relativement simple (enfin, c’était le cas avant sa redéfinition moderne).

Qu’en pensez-vous ?

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
Irna - le 19 juin 2015

Bonjour,

je me suis inscrit pour discuter ici car je constate que le dialogue y est plus libre que sur les espaces Facebook de la communauté proche de M. Grimault.

Tiens donc :)

il me semble que, dans l’article, vous passez à côté du fait que le mètre n’est pas une unité de mesure arbitraire mais une fraction décimale d’une grandeur terrestre relativement simple

Ce qui est arbitraire est justement le choix de cette fraction : pourquoi le 40 millionième ? Pourquoi pas le 10 millionième ou le 100 millionième ? Cela n’aurait pas remis en cause le principe d’une base "universelle" pour la nouvelle mesure. Ce que je pense, mais je ne suis pas spécialiste de la question, c’est qu’il fallait une mesure qui soit relativement facile à convertir dans les mesures usuelles de l’époque, le mètre / 40 millionième de grand cercle représentant à peu de choses près 3 pieds de roi, et un peu moins d’une aune. Et cela permettait également de retrouver à peu de choses près la "mesure universelle" proposée plus d’un siècle plus tôt par Wilkins, liée au battement du pendule.

Quoi qu’il en soit, pas grand chose à voir avec la coudée ; avant de s’émerveiller de coïncidences avec celle-ci, il me semble qu’il faudrait d’abord prouver, et autrement qu’avec un pyramidion en morceaux, que l’invention du mètre est antérieure de plusieurs milliers d’années à la révolution française - sans compter qu’une telle hypothèse nécessite de supposer l’existence d’un vaste complot et d’une organisation archi-secrète transmettant cette connaissance à travers les millénaires avant de la laisser fuiter à la révolution - et dans quel but ?

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
fromageblanc - le 20 juin 2015

Bonjour et merci de votre réponse.

Vos arguments sur le choix du mètre de 1791 me semblent censés.

En revanche je ne suis pas d’accord sur la méthode :

Quoi qu’il en soit, pas grand chose à voir avec la coudée ; avant de s’émerveiller de coïncidences avec celle-ci, il me semble qu’il faudrait d’abord prouver, et autrement qu’avec un pyramidion en morceaux, que l’invention du mètre est antérieure de plusieurs milliers d’années à la révolution française

c’est justement la coïncidence "coudée = pi - phi² mètres" qui laisse penser que le mètre pourrait être connu en ancienne Egypte, et qui pourrait donner l’idée qu’il faut, et là je vous rejoins, en chercher d’autres traces pour étayer l’intuition. Je veux dire par là, qu’il est en fait très logique et très ordonné de commencer par s’émerveiller avant de prouver. Cela vous semblera peut-être un détail, je crois que c’est important.
Au sujet de la nécessité d’un complot et d’un archi-secret, je ne suis pas du tout d’accord, de nombreux savoirs ne se transmettent, dans de nombreuses cultures, que par oral. Que l’unité "mètre", fraction d’une grandeur terrestre, ait fait partie de telles traditions, et que des savants de 1791 en aient eu connaissance, ne me semble pas relever de l’extraordinaire.

Quant au choix du 40 millionième de périmètre terrestre (ou 10 millionième de demi-méridien) je ne sais pas. Peut-être est-ce la fraction qui se rapproche le plus de l’écartement des mains humaines (donc de ce que l’on peut travailler à échelle humaine). 2 mètres (10 millionième de méridien) serait trop, 40 cm (100 millionième de périmètre terrestre) pas assez. Simple idée, je n’en sais rien...

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
bubarnet - le 11 avril 2016

Quant au choix du 40 millionième de périmètre terrestre (ou 10 millionième de demi-méridien) je ne sais pas. Peut-être est-ce la fraction qui se rapproche le plus de l’écartement des mains humaines

Déjà, il faudrait savoir de quel "mètre" l’on parle. Ce n’est pas une valeur qui a été fixe dans le temps, bien au contraire. Entre un premier calcul déterminé d’après les oscillations d’un pendule, des erreurs de calcul, des maquillages de chiffres, et notre mètre actuel, on en a connu plus d’un ! Le mètre n’est pas une valeur absolue que nous essayons de connaître avec une précision de plus en plus accrue, mais une valeur qui correspond à une définition qui change dans le temps (demain le mètre sera peut être plus grand ou petit que celui d’aujourd’hui, même si dorénavant c’est peu probable, avec l’harmonisation des sciences dans le monde. Le dernier changement ne date que des années 80 !).

De plus, il s’agit bien d’une valeur arbitraire : lors d’une des réunions pour définir le mètre, des scientifiques se sont réunis. Chacun amenant une définition possible. Ils commencent par éliminer les plus farfelues ou complexes. Reste plusieurs choix valables. Parmi ces choix, ils en ont pris un au hasard (hasard scientifique quand même !).
Actuellement, on définit le mètre par rapport à la vitesse de la lumière, elle même définit par une distance. C’est une "équation circulaire" (désolé, je n’ai pas d’autres termes). Grosso modo :
m(ètre) = 1/c (vitesse de la lumière)
c = (unecertainequantité) m/s
Pour trouver m, il faut connaître c. Mais pour trouver c, il faut connaître m.
Pour résoudre cette équation, on est donc obligé de donner une valeur quelconque à l’un des deux paramètres (il a donc été décidé que c valait 299 792 458 m/s. Et donc 1 mètre = 1/299 792 458)

Ce n’est pas une valeur miracle, ou inscrite dans la nature comme pi. Donc à part si on voyage dans le temps, aucune civilisation n’a pu connaître le mètre, quelle que soit la définition que l’on choisisse.

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
Irna - le 12 avril 2016

Le mètre n’est pas une valeur absolue que nous essayons de connaître avec une précision de plus en plus accrue, mais une valeur qui correspond à une définition qui change dans le temps

Tout à fait ! On peut d’ailleurs noter que Grimault n’a jamais précisé de "quel" mètre il parlait ; et également que, comme je l’ai noté dans l’article plus haut, il a une vision quasiment essentialiste du mètre, qui préexisterait à sa "découverte" :)

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
0bjective - le 18 avril 2016

Bonjour Irna,

Je vous suis sporadiquement depuis les découvertes des pyramides de Bosnie il y a quelques années, mais je viens seulement de m’inscrire à l’instant.
Je suis revenu faire un tour immédiatement après être tombé sur un article faisant état de découvertes de grosses sphères dans les zones des pyramides bosniennes, photos à l’appui :
https://michelduchaine.com/2016/04/09/civilisations-disparuesdecouverte-fantastique-dune-pierre-spherique-en-bosnie/

Je ne doute absolument pas que vous en ferez un article prochainement, mais, juste pour satisfaire mon impatience quant à votre explication, pourriez-vous me dire, en scoop, en 2 mots, ou 2 lignes, de quoi s’agit-il selon vous ? :-)

Je vous remercie d’avance, et ovus souhaite bonne continuation.
On se recroisera probablement dans les commentaires de votre site, étant donné que maintenant j’ai un compte ! :-)

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
Abacus - le 18 avril 2016

Bonjour Objective,

Si vous recherchez le site, vous trouverez plusieurs articles sur des objets en pierre rondes en Bosnie (par exemple, ici - http://irna.lautre.net/Mysterieuses-spheres.html ... de 2006) et ailleurs.

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
Irna - le 18 avril 2016

Bonjour Objective,

effectivement, comme le dit Abacus, j’ai déjà évoqué ces fameuses sphères qui n’ont rien d’une nouvelle découverte puisque Osmanagic clame depuis 2006 qu’il s’agit de "mystérieux artefacts". Il s’agit tout simplement de concrétions géantes, formées par des processus tout ce qu’il y a de naturels. Vous trouverez dans cet article Boules de pierre : en France aussi ! quelques explications sur leur formation, ici avec l’exemple de sphères semblables dans les Alpes de Haute-Provence. J’ai également réuni ici Tout ce que la nature ne peut pas faire, IV : sphères de pierre des photos provenant d’un peu partout dans le monde de telles concrétions, qui n’ont donc rien de mystérieux tout en restant un phénomène géologique fascinant !

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
0bjective - le 19 avril 2016

Bonjour,

Je vous remercie tous les deux pour vos réponses.
J’ai parcouru les différents articles relatifs au boules...Mais j’avoue qu’ils ne satisfont pas entièrement ma raison :

a) Vous dites "Ces boules sont clairement intégrée à un banc de grès" : ça ne semble pas être le cas pour cette boule en Bosnie ?
b) vous dites "Leur composition semble très proche de celle du grès encaissant, dont elles ne diffèrent que par la couleur souvent plus soutenue et par la dureté."
Cela ne semble pas être le cas de cette boule : un article d’Euronews affirme :
" Les matériaux n’ont pas encore été analysés. Mais, les couleurs brunes et rouges laissent penser qu’elle contient une très forte quantité de fer."
Comment expliquer cette composition ?

Je vous remercie encore une fois d’avance pour vos éclairages !
Bien à vous

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
0bjective - le 19 avril 2016

PS :

- le fer α est conducteur et ferromagnétique
- la sphéricité semble plus élevée que la moyenne ?

Je conçois que ces deux faits ne veulent rien dire à eux seuls, mais qu’il convient de les garder en tête si d’autres éléments nouveaux venaient compléter les observations ?

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
0bjective - le 19 avril 2016

Et enfin (désolé, je ne peux pas éditer mes commentaires, et j’ai oublié de tourner 7 fois ma langue avant de parler :-s ) :

- On les voit creuser avec des pelles sur chaque photo, mais qu’est-ce qu’ils attendent pour la dégager complètement du sol ? :-D

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
0bjective - le 19 avril 2016

J’en profite qu’il n’y ait pas encore de réponse pour poser 2 toutes dernières questions :

- Pourquoi en reparle-t-on soudainement dans la presse, alors que la découverte de cette boule date de plusieurs années ?
- Pourquoi des analyses chimiques, minéralogiques (carottes, etc) n’ont-elles toujours pas été effectuées depuis tout ce temps ? Une simple balance suffit...

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
Irna - le 19 avril 2016

Bonsoir Objective,

Vous dites "Ces boules sont clairement intégrée à un banc de grès" : ça ne semble pas être le cas pour cette boule en Bosnie ?

Si vous avez lu l’article sur les boules de Saint-André-de-Rosans, vous aurez pu voir qu’il arrive, avec l’érosion de la roche encaissante, qu’une boule se retrouve "déchaussée" et roule au bas de la pente vers le ravin. C’est peut-être ce qui s’est passé en Bosnie ; à ma connaissance, les boules de Zavidovici ont été pour la plupart retrouvées entassées dans le fond d’un ravin, donc pas forcément en place dans la couche qui leur a donné naissance. Pour la nouvelle boule, c’est difficile à dire sur ces quelques photos, et sans infos sur la géologie et le relief environnants ; certaines photos me donnent l’impression d’une concrétion en place, d’autres d’une concrétion érodée et enfouie plutôt sous les débris descendus par la pente. Je ne me prononcerai pas ici, pas assez d’éléments !

vous dites "Leur composition semble très proche de celle du grès encaissant, dont elles ne diffèrent que par la couleur souvent plus soutenue et par la dureté."
Cela ne semble pas être le cas de cette boule : un article d’Euronews affirme :
" Les matériaux n’ont pas encore été analysés. Mais, les couleurs brunes et rouges laissent penser qu’elle contient une très forte quantité de fer."
Comment expliquer cette composition ?

La "très forte quantité de fer" n’est qu’une affirmation non fondée d’Osmanagic ; tout ce qu’on peut dire sans les analyses c’est que la concrétion contient des oxydes de fer, ce qui n’a rien d’étonnant. Les concrétions se forment par circulation de fluides chargés en minéraux dans le sédiment, ici des ions ferreux qui précipitent en oxyde de fer rouge/brun. Sur la page où j’ai réuni des photos de concrétions du monde entier vous en verrez de nombreux exemples où apparaît cette couleur rouille.

la sphéricité semble plus élevée que la moyenne ?

Quelle moyenne ? tant que la concrétion n’est pas entièrement dégagée, il me paraît difficile de juger de sa sphéricité et de la comparer à d’autres concrétions. Et puis la sphéricité ne veut pas dire grand chose : cherchez par exemple les boules (stone sphere ou stone balls) de Champ Island sur Frantz Joseph Island, vous en verrez certaines qui sont des sphères presque parfaites, et d’autres qui sont très irrégulières ; et pourtant toutes ont bien la même origine naturelle.

On les voit creuser avec des pelles sur chaque photo, mais qu’est-ce qu’ils attendent pour la dégager complètement du sol ?

Je ne suis pas sûre qu’Osmanagic essaie de la sortir complètement ! si la partie qui est encore enterrée est trop irrégulière ça nuira à son interprétation (artefact, voire artefact extraterrestre !) ; il vaut mieux pour lui la laisser comme ça :)

Pourquoi en reparle-t-on soudainement dans la presse, alors que la découverte de cette boule date de plusieurs années ?

Je pense que cette boule-là, précisément, a été découverte récemment, ce qui expliquerait les communiqués de presse d’Osmanagic et le fait que la presse européenne s’en empare (et puis le fait qu’elle est plus grosse que la moyenne) ; par contre l’existence de telles concrétions en Bosnie est elle connue depuis longtemps, depuis même bien avant qu’Osmanagic commence à en parler (je les ai vues mentionnées dans un ouvrage sur la géologie de la Yougoslavie des années 50).

Pourquoi des analyses chimiques, minéralogiques (carottes, etc) n’ont-elles toujours pas été effectuées depuis tout ce temps ?

Elles ont été effectuées ; le géologue Paul Heinrich par exemple les mentionne ici : https://www.academia.edu/3170727/The_Giant_Concretions_of_Rock_City_Kansas (page 11). Sinon, je sais de source sûre qu’Osmanagic avait fait faire des analyses en Bosnie, mais elles ont curieusement disparu de son site : je crois qu’il s’est rendu compte qu’elles ne montraient qu’une chose : qu’il s’agissait de concrétions naturelles :D

Irna

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
0bjective - le 19 avril 2016

Bonsoir Irna,

Merci infinimenet pour votre patience et vos réponses !
J’ai enfin compris qu’il y avait cette boule découverte tout récemment, et d’autres plus anciennes, je n’avais pas ce fait en tête tout à l’heure)

Je suis, tout comme vous semble-t-il, de nature très sceptique et rationnelle :-D Alors je vais tenter d’être définitivement convaincu par ces dernières questions :
- Est-ce que les hauteurs des "pyramides bosniennes" sont composées de grès ? Duquel les boules auraient pu se déchausser ? Je n’y connais rien en géologie de la région (ni même tout court), mais pensez-vous que ces hauteurs de reliefs sont composés de grès ?
- le rapport que vous proposez étudie les concrétion au Kansas...pensez-vous qu’lles puissent être valides aussi pour cette région en Bosnie ? Les sols sont-ils de même composition ?
- N’avez-vous pas de sources concernant les analyses faites par Osmanagic dont vous parlez ?

Désolé d’être si insistant...j’espère que vous comprendrez ma rigueur !
Bien à vous, et au plaisir de vous lire :-)

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
Irna - le 20 avril 2016

Bonsoir Objective,

Est-ce que les hauteurs des "pyramides bosniennes" sont composées de grès ? Duquel les boules auraient pu se déchausser ? Je n’y connais rien en géologie de la région (ni même tout court), mais pensez-vous que ces hauteurs de reliefs sont composés de grès ?

Il y a effectivement pas mal de grès sur les "pyramides", mais cela n’a aucune importance ici : aucune de ces concrétions n’a été trouvée à proximité des "pyramides", les plus proches sont à plus de 50 km et dans des terrains d’une autre période géologique !

le rapport que vous proposez étudie les concrétion au Kansas...pensez-vous qu’lles puissent être valides aussi pour cette région en Bosnie ? Les sols sont-ils de même composition ?

L’article de Paul Heinrich est effectivement consacré aux concrétions du Kansas, mais le petit paragraphe que je vous signalais page 11 est lui consacré aux sphères de Bosnie et à leur analyse ; je vous mets le paragraphe en question :
"Bosnian Cannonball Concretions : In Europe, large carbonate concretions, which are accessible to tourists, have recently been found near Zavidovi´i, Mecevici, and Ozimici, Bosnia and Herzegovina. Although initially misidentified as being manmade, ongoing studies of the Zavidovi´i stone balls and local bedrock associated with them clearly demonstrates that these stone balls are classic examples of giant cannonball concretions. Preliminary petrographic analysis indicates that these stone balls consist of a solidly carbonate-cemented graywacke, classified as a litharenite according to Folk (1968). The calcite cement consists largely of poikilotopic spar which often has replaced framework grains as found in Rock City and many other giant carbonate concretions. The bedrock, either from which the Zavidovi´i concretions came or in which they are still partially encased, consists of graywacke identical to the concretions. The local bedrock differs from the Zavidovi´i concretions in composition only in that it lacks the strongly developed carbonate cement. The area around the Zavidovi´i concretions, which Dr. Earl W. McBride, University of Texas at Austin, described in personal communications as being “world-class” examples of large cannonball concretions, would make an excellent park much like Rock City that would showcase and protect them."

Vous trouverez également ici une réflexion de Paul Heinrich sur ces concrétions bosniennes en 2006 : http://www.hallofmaat.com/read.php?1,406316,406316#msg-406316

N’avez-vous pas de sources concernant les analyses faites par Osmanagic dont vous parlez ?

J’ai une copie de ce rapport de 2008... mais il est en bosnien ! Si ça vous intéresse quand même je peux vous l’envoyer, mais je n’ai pas le temps de le traduire. Pour l’essentiel il montre que la composition chimique des sphères est la même que celle de la roche encaissante, la seule différence étant la présente de carbonate plus importante dans les concrétions, ce qui est normal étant donné qu’il s’agit de concrétions carbonatées où c’est le dépôt de carbonates qui va former le "ciment" de la concrétion.

Cordialement, Irna

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
bobby - le 24 juillet 2015

Bonjour les gens.
Quand bien même notre mignon pyramidion ferait 1 mètre de haut, n’est-ce pas tout de même assez improbable d’utiliser la forme pyramidale pour exposer une dimension de longueur ? Parce que c’est tout sauf pratique comme échantillonnage... Les gras utilisaient des objets linéaires pour représenter leur coudée, mais par contre pour le mètre s’embêteraient à le transposer dans l’objet dont il est le moins évident de déterminer la taille (en l’occurrence la hauteur, qui n’est pas accessible de visu) ? Sérieux ?

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
bobby - le 24 juillet 2015

par ailleurs, des pyramidions, il en existe d’autres, comme ceux-ci par exemple :
http://www.ddchampo.com/topic13926.html

et ô comme c’est étrange, il y en a de toutes les tailles (mais pourquoi diable ne font-ils pas 1 mètre ceux-ci ??)

Khéops : le Pyramidion, maquette parfaite au 1/100ième ?
"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
Comte Poulpitron - le 28 juillet 2015

Je me permets une petite remarque qui n’a pas grand chose en rapport avec le débat actuel...

Au moment de la relecture de cet article (oui, j’aime bien relire des articles) je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir un sourire idiot sur le visage au moment où je suis tombé sur cette phrase de Sir J. Grimault :

"C’est par cette étrange et minuscule découverte géante que, le 16 juillet 1969 vers 17 h 30, le jour même où trois cosmonautes américains fonçaient vers la Lune pour y marcher"

Avec les dernières prises de position de notre vide-argumentatif préféré, on ne peut qu’apprécier avec un brin de tendresse de noter combien ses récentes prises de positions sont très très récentes.
... de la, maintenant, à dire qu’il cherche à draguer un tout nouveau publique plus enclin à croire en sa conspiration bâti-maçonnique...



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2006-2018 © Le site d’Irna - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 4.0.99
amélioré par Pigédius
Hébergeur : L'Autre Net