Les protagonistes : Semir Osmanagic

Article mis en ligne le 21 septembre 2012

logo imprimer

    traductions de cet article :
  • English

Semir Osmanagic : l’Indiana Jones bosniaque

Semir Osmanagic - Source : fast-geheim.yooco.de

Semir Osmanagic est le deus ex machina de toute l’affaire. Né en Bosnie en 1960, il a vécu pendant des années aux États-Unis, où il est propriétaire d’une société produisant des alliages métalliques. D’après les informations disponibles en ligne, il aurait un diplôme en Économie et un doctorat de Sociologie.

Certains le prétendent membre de l’Académie des Sciences de Russie, une prestigieuse institution russe fondée par Pierre le Grand ; en réalité, il appartient à une tout autre académie, l’Académie des Sciences Naturelles de Russie, fondée en 1990, laquelle compte également parmi ses membres honoraires Ramzan Kadyrov, dont nous vous invitons à lire la biographie.

En 2005 commence son aventure des pyramides de Bosnie, qui lui vaudra le surnom d’Indiana Jones bosnien, et il entre rapidement en conflit avec les autorités bosniennes.

En 2007 il présente un projet de recherche interdisciplinaire sur les « Pyramides de Bosnie », projet bloqué par le ministère de la culture sous la responsabilité du ministre de l’époque, Gavrilo Grahovac. Le Ministère, cependant, ne semble pas avoir suffisamment motivé son opposition au projet, se reposant sur l’opinion négative de la directrice Lidija Micic de l’Office fédéral pour la Conservation et la Protection des Monuments culturels [UFCPMC].
Brièvement, Mme Micic expliquait qu’il n’était pas possible d’émettre un avis favorable sur ce projet, car les travaux projetés pouvaient mettre en péril les mesures prises pour la conservation des biens culturels, et car les méthodes d’approche et de travail n’étaient pas professionnelles.

Osmanagic s’est tourné vers la justice afin de former un recours contre ce refus, et au début de 2012 le tribunal compétent s’est prononcé contre l’UFCPMC, considérant que ce dernier avait commis des erreurs de procédure administrative.

Pour donner une idée de la façon dont s’est déroulée cette confrontation, nous citons des extraits concernant l’un des points de discussion durant le débat entre la fondation et le ministère (extrait d’un pdf disponible ici en bosnien uniquement).

La question était : Le projet de recherche multidisciplinaire et archéologique a-t-il ou non une base scientifique ?

Le Ministre  :
L’accent est mis sur l’inexistence de fondements scientifiques du projet tout entier, ainsi que sur les méthodes non scientifiques (d’amateurs) et destructrices utilisées par les travaux archéologiques sur le terrain, comme cela a été confirmé à plusieurs reprises par l’Institut pour les recherches balkaniques de l’ANUBIH (Académie des Sciences et Arts de Bosnie-Herzégovine, NDLR.).

La Fondation  :
Des jugements très graves ont été portés sur la base d’informations complètement erronées. D’après ce que nous savons, la présidence de l’ANUBIH ne s’est jamais officiellement saisie du Projet Vallée des pyramides de Bosnie. Et le président de l’ANUBIH, l’académicien Bozidar Matic, n’a signé aucune « opinion professionnelle » en réponse à la requête du Ministre des sports et de la culture. L’avis a été signé par le professeur Blagoje Govedarica, conseiller scientifique de l’Institut pour les recherches balkaniques de l’ANUBIH. Qui est réellement Blagoje Govedarica ? Est-il une personnalité compétente pour émettre un jugement d’une telle portée contre la Fondation AP BPS ?

Comme le lecteur peut le voir, tandis que le ministère fait état de critiques sur la qualité du travail d’Osmanagic, la fondation réplique en insinuant le doute sur la compétence du Pr Govedarica, sans pour autant clarifier quoi que ce soit. Petite précision : le Pr Govedarica est professeur en archéologie du Sud-Est de l’Europe auprès de l’institut de Préhistoire et Protohistoire de l’Université de Heidelberg.

Quelques approfondissements ici.

Ci-dessous le lecteur trouvera un échange assez éclairant de mails entre le Dr Govedarica et le Dr Nabil Swelim, égyptologue.

http://www.scribd.com/doc/106547543/Swelim-Govedarica-Correspondence

(Le document ci-dessus est public, et a été publié ici, nous l’avons seulement rendu plus accessible.)

En bref, l’élément intéressant est que, le Dr Swelim soutenant que les collines autour de la ville de Visoko sont d’énormes pyramides, le Pr Govedarica a invité le Dr Swelim à développer sa thèse en publiant un article scientifique dans une prestigieuse revue spécialisée bosnienne ; mais le Dr Swelim, après avoir commencé par accepter, a ensuite refusé, de façon assez inexplicable – ou peut-être pas si inexplicable que cela.

Cependant il a bien par la suite écrit un rapport scientifique, mais a préféré le publier lui-même. On peut le trouver ci-dessous :

http://www.scribd.com/doc/106548007

(Le document ci-dessus est public, et a été publié ici, nous l’avons seulement rendu plus accessible.)

Nous laissons le lecteur seul juge. Un indice : chercher les analyses géologiques.

Approfondissements :

Les Egyptiens et le théâtre de l’absurde de Semir Osmanagic

EGYPTOLOGIST DR. SWELIM TO DR. GOVEDARICA : “You are arrogant and have no scientific qualifications”

Quelques réflexions sur le rapport du Dr Nabil Swelim

Pour en revenir aux relations entre Osmanagic et les autorités bosniennes, l’équipe d’Eclisseforum.it a pu, grâce à son expert en langues balkaniques, contacter le Dr Lidija Loucka Micic pour avoir son opinion sur la question, et celle-ci nous a aimablement répondu. Entre autres choses que nous aborderons au moment opportun, elle nous a écrit en ce qui concerne les permis de fouilles que la fondation n’a jamais obtenu de permis de l’UFCPMC pour les fouilles sur la colline de Visocica, bien que celle-ci soit classée comme monument historique protégé, et donc soumise à leur juridiction ; mais il semble que la fondation se soit adressée à quelqu’un d’autre.

Osmanagic est l’auteur de plusieurs livres sur les pyramides de Bosnie, et il semble soutenir la thèse selon laquelle les Mayas seraient des descendants des anciens Atlantes, eux-mêmes provenant des Pléiades.

Voici quelques liens vers d’autres articles que le lecteur pourra utiliser pour approfondir sa connaissance du personnage et du milieu dans lequel il évolue.

Semir Osmanagic

Des scientifiques "fantômes"

Google n’aime pas les scientifiques bosniaques

Le "cercle intérieur"

La séduction de l’argument d’autorité

http://www.bosnianpyramid.com/index_files/Semir.html

http://badarchaeology.wordpress.com/2011/10/30/the-bosnian-%E2%80%98pyramids%E2%80%99-of-semir-osmanagic/

Merci à Irna pour sa collaboration et sa disponibilité.


Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2006-2018 © Le site d’Irna - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47
amélioré par Pigédius
Hébergeur : L'Autre Net