Semir Osmanagic

Article mis en ligne le 9 juin 2006

logo imprimer

    traductions de cet article :
  • English

M. Semir Osmanagic, né en 1960 en Bosnie et vivant aux Etats-Unis (Houston), d’abord présenté par les premières dépêches comme archéologue (en), est en fait un homme d’affaires. D’après l’article sur lui de Wikipedia (en), il serait propriétaire de la société Met Company (en) à Houston.

Ses études à Sarajevo ont plutôt été orientées sciences politiques et économiques (voir ce "profil" de M. Osmanagic (en) sur le site bosnianpyramid.com). Lui-même se présente volontiers comme "chercheur" (voir cette interview (en)) spécialisé dans l’étude des pyramides et des "énigmes du passé".

Il est l’auteur d’une "thèse" (présentée comme "dissertation de doctorat" sur son site "Histoire alternative" (bs)), à ma connaissance jamais soutenue, sur la civilisation maya. Un texte anglais (en) sur les Mayas est disponible sur le site, et édité sous le titre "The World of the Maya" par Gorgias Press (en) (Gorgias Press, d’après son catalogue, semble un éditeur plutôt sérieux spécialisé dans l’histoire, l’archéologie et la littérature du Proche et Moyen-Orient, mais dispose aussi d’une collection, Euphrates Books (en), dans laquelle est publié le livre de M. Osmanagic, présentée ainsi : "Gorgias Press is now accepting manuscript submissions for its Euphrates Imprint. This imprint consists of popular works of fiction and non-fiction. Appealing to the intellectually curious, Euphrates presents creative and thought-provoking writing from contemporary authors.").

Les autres ouvrages de M. Osmanagic n’ont été publiés qu’en bosniaque : http://www.alternativnahistorija.com/Editions.htm (bs), mais tous les textes sont en ligne sur alternativnahistorija (bs), et un coup d’oeil au sommaire de ces ouvrages est édifiant. On trouve en effet sur ce site :

- Od masona do mentalnih projekcija (bs) : "Des francs maçons aux projections mentales" ; l’introduction précise ce que l’auteur entend par "histoire alternative" : les vérités dissimulées par les "élites" qui maîtrisent le monde, et manipulent les peuples par des livres d’histoire incomplets ou faux (“Alternativna historija” je upravo ono sto i naslov sugerira : alternativa “istinama“ koje se serviraju javnosti od strane medija i elita koje, iza scene ili otvoreno, vladaju svijetom od pamtivjeka. Na takvim, netacnim ili nepotpunim informacijama, zasnovane su historijske knjige kojima su elite/oligarhije manipulirale vecinom.). Des pyramides de Chine à la doctrine New Age de Robert Monroe (en), en passant par le "visage" de Mars et les "symboles maçonniques" de l’aéroport de Denver, on y apprend que les Maçons dominent la planète, que les nazis n’ont pas perdu la guerre mais se sont infiltrés à tous les échelons du pouvoir aux Etats-Unis pendant qu’Adolf Hitler se réfugiait dans une base aménagée au pôle Sud, et que la NASA tente de nous cacher la présence de vie extraterrestre sur le satellite Europe...

- Svi nasi “kontakti” (bs) ("Tous nos “contacts”") liste toutes les "énigmes" qui ne peuvent s’expliquer que par l’action d’extra-terrestres, depuis les crop-circles jusqu’au triangle des Bermudes, en passant par la cosmologie des Dogons, sans oublier bien sûr l’Atlantide et la Lémurie.

- Piramida moći na Planeti (bs) ("La pyramide des pouvoirs sur terre"), où l’on revient sur les Maçons, les Illuminati, avec de nombreuses références en particulier à David Icke.

- Tragovima Atlantide (bs) ("Sur les traces de l’Atlantide"), où l’on apprend tout sur la civilisation de l’Atlantide, ses colonies d’Egypte, du Mexique et du Pérou, ses descendants (Basques, Guanches et Berbères), sur la construction de Stonehenge par les Atlantes il y a 12 000 ans comme "centre énergétique"...

- Kosmička misija Maja (bs) ("La mission cosmique des Mayas"), où l’on apprend que la transformation du monde prédite par les Mayas aura lieu le 21 décembre 2012.

- Misterija Anasazija (bs) ("Les mystères des Anasazis (fr)"), si vous voulez tout savoir sur les liens entre la mystérieuse disparition des Indiens Anasazis et la super-secrète ACIO (Advanced Contact Intelligence Organization) créée par la NSA (National Security Agency) américaine.

- Civilizacije prije početka "zvanične" historije (bs) ("Des civilisations avant le début de l’histoire "officielle"), où l’on retrouve les traces de l’Atlantide étendues cette fois à la Chine, au Japon, à Taïwan, au Costa Rica et à la Bosnie (avec les premiers éléments sur les "kamene kugle", les pierres sphériques semées par les Atlantes comme des petits pois).

- Bosanska piramida Sunca (bs) ("La pyramide du Soleil de Bosnie"), dont le contenu est repris dans cet article plus détaillé. A noter que cet ouvrage date de 2005 (le fichier .doc en téléchargement sur le site date du 1er décembre 2005), c’est-à-dire avant le début de l’actuelle campagne de fouilles à Visoko.

- PUTEVI DUŠE (bs) ("Les voyages (ou les chemins ?) de l’âme") : régressions hypnotiques, expériences et rencontres extracorporelles.

- 25 Piramida - feljton (bs) ("25 pyramides - Feuilleton") : un tour du monde des pyramides, qui se termine par la "pyramide du Soleil" de Bosnie, "plus important monument historique d’Europe", avec un programme de recherches sur 5 ans qui doit culminer avec la "proclamation par l’UNESCO du Parc Archéologique comme monument d’importance mondiale".

- The World of the Maya (en) (version anglaise) : le livre est présenté par l’auteur comme "a galactic telescope by means of which cosmic harmony may be achieved" (un télescope galactique grâce auquel l’harmonie cosmique pourrait être atteinte). Il s’agit pour l’essentiel (comme pour beaucoup de ses précédents livres) de notes de voyage, entrecoupées d’anecdotes historiques sur les villes traversées, et parsemées de quelques "révélations" d’histoire alternative. Quelques extraits :

It is my theory that the Maya should be considered watchmakers of the cosmos whose mission it is to adjust the Earthly frequency and bring it into accordance with the vibrations of our Sun. Once the Earth begins to vibrate in harmony with the Sun, information will be able to travel in both directions without limitation. And then we will be able to understand why all ancient peoples worshipped the Sun and dedicated their rituals to this. The Sun is the source of all life on this planet and the source of all information and knowledge.

And with a frequency in harmony, the Earth will, via the Sun, be connected with the center of our Galaxy. These facts become exceptionally important when we realize that we are rapidly approaching December 2012, a date which the Maya have marked as the time of arrival of the Galactic Energy Cluster which will enlighten us.

("Ma théorie est que les Mayas devraient être considérés comme les horlogers du cosmos dont la mission est d’ajuster les fréquences terrestres et de les accorder avec les vibrations du Soleil. Dès que la Terre commencera à vibrer en harmonie avec le Soleil, l’information pourra circuler dans les deux directions sans limite. Nous pourrons alors comprendre pourquoi tous les peuples anciens adoraient le Soleil et lui dédiaient leurs rites. Le Soleil est source de toute vie sur cette planète, et source de toute information et connaissance.

Et avec une fréquence harmonisée la Terre, par l’intermédiaire du Soleil, sera connectée avec le centre de notre Galaxie. Ces faits deviennent particulièrement importants lorsqu’on prend conscience de ce que nous approchons rapidement de Décembre 2012, moment marqué par les Mayas pour l’arrivée du Noeud d’Energie Galactique qui nous illuminera.")

- et pour finir, Civilizacija Maja - doktorska disertacija (bs) ("La civilisation maya - thèse de doctorat" de la Faculté des Sciences Politiques de Sarajevo) : le travail se présente comme une "analyse comparative de la civilisation non-technologique maya et de la civilisation technologique occidentale". Il s’agit pour l’auteur d’établir que le "niveau de civilisation" des Mayas était supérieur à celui de notre civilisation occidentale actuelle, et donc de redéfinir les "critères de la civilisation". Si le discours se veut beaucoup plus scientifique et universitaire que pour les ouvrages précédents (références, exposé des méthodes...), les idées "New Age" reviennent régulièrement (allusions à l’Atlantide et Mu, à la possibilité d’une civilisation "supérieure (terrestre ou extra-terrestre)" qui aurait pu communiquer ses connaissances aux Mayas, pyramides placées sur des "noeuds énergétiques"...). La bibliographie vaut le détour pour une "thèse de doctorat" : ouvrages édités par le Reader’s Digest, guides touristiques, alternent avec quelques études sérieuses et un certain nombre de références "pseudo-archéologiques" et New Age (Richard Garvin, "The Crystal Skull", ou Jose Arguelles, "grand prêtre" du mouvement New Age, "The Mayan Factor").

Bref, M. Osmanagic n’est pas archéologue ; il n’est pas non plus, comme on le qualifie parfois, "archéologue amateur" (il n’a jamais participé à aucune fouille archéologique, et ignore et méprise visiblement ce qu’il qualifie d’archéologie "officielle"), c’est plutôt un "amateur d’archéologie", ou, encore mieux, un "amateur de pseudo-archéologie" [1] qui a eu la chance de pouvoir voyager dans toute l’Amérique centrale et d’y visiter les principaux sites archéologiques. C’est aussi visiblement un grand amateur d’ouvrages pseudo-scientifiques et conspirationnistes ; ses textes, loin d’être originaux, sont un mélange de données piochées dans ces ouvrages [2] et réorganisées autour de son obsession principale, les pyramides, et ses thèses sur celles-ci (origine, utilité supposée, âge...) sont assez communes chez ceux que les sceptiques anglo-saxons appellent volontiers les "pyramidiots" (en).

Cependant, rien ne s’oppose à ce que M. Osmanagic ait pu, par hasard, découvrir une vraie pyramide ; de plus, ses admirateurs et défenseurs avancent le fait qu’il se contente de présider la Fondation "Pyramide du Soleil", et que le travail scientifique sur le terrain est effectué par toute une équipe, internationale qui plus est, d’archéologues et géologues professionnels. Il faudra donc s’intéresser à cette équipe et à ses qualifications, ainsi qu’aux circonstances de la "découverte" de la pyramide par M. Osmanagic.

Notes :

[1Pour les lecteurs qui peuvent lire le bosniaque, voir cet excellent article de "Foresterius" (bs), un historien de Bosnie, où il explique très bien la différence entre un archéologue amateur, ou un amateur d’archéologie, et M. Osmanagic.

[2Note de janvier 2007 : A ce propos, "Stultitia" montre sur son blog (bs) quelques ressemblances frappantes entre un des ouvrages de M. Osmanagic et les textes du site http://www.indigenouspeople.net/montalban.htm (en), ressemblances que les mauvaises langues pourraient aller jusqu’à qualifier de plagiat...

P.S. :

Sur le site de M. Osmanagic est également annoncé son dernier livre, "Bosanska dolina piramida" ("La vallée des pyramides de Bosnie") ; s’il est déjà en vente en Bosnie même (en particulier sur le site des fouilles) au prix de 35 KM ("mark convertible", équivalent au Deutsche Mark), il n’est pas encore consultable en ligne sur le site.


Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2006-2017 © Le site d’Irna - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47
amélioré par Pigédius
Hébergeur : L'Autre Net